Les associations jugent «le grand ministère de l’écologie»

Le 18 mai 2007 par Bérangère Lepetit et Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 18 mai, Alain Juppé a été nommé ministre d'Etat, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable. Les réactions des associations sont mitigées.

Le nouveau président de la République Nicolas Sarkozy et son premier ministre François Fillon ont choisi: Alain Juppé dirigera un grand ministère dédié à l'écologie, au développement et à l'aménagement durable. Dominique Bussereau occupera la fonction de secrétaire d'Etat aux transports. Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire nationale chargé de l'écologie à l'UMP, pressentie pour devenir secrétaire d'Etat à l'écologie, ne figure pour l'instant pas parmi les personnalités nommées.

Les réactions des associations  à ce grand ministère ne vont pas toutes dans le même sens. «Il ne faut pas partir avec des préjugés», a indiqué la directrice des Amis de la Terre Anne Bringault. Le directeur du WWF France Serge Orru, qui attend de voir si ce ministère est «un pur gadget institutionnel ou un vrai engagement d'Etat», note cependant: «C'est une avancée historique et intéressante. Il n'y a pas d'équivalent dans les autres pays européens».». Pour Arnaud Gossement de France nature environnement (FNE), il y a également des signes encourageants: «Nous étions réservés sur l'idée d'un «super ministère» car nous craignions, du point de vue  budgétaire, organisationnel et philosophique, une dilution de l'administration de l'écologie. Mais le président a réintégré l'écologie dans le titre du ministre d'Etat».

Autre signal positif: le ministre d'Etat doit rencontrer les ONG le 21 mai. Mais Stéphane Lhomme, du réseau Sortir du nucléaire, doute d'Alain Juppé et de certaines de ses positions, que le militant considère «incompatibles avec la protection de l'environnement», comme son soutien à l'EPR et au laser mégajoule près de Bordeaux. De son côté, Nicolas Hulot, dont le pacte écologique a été signé par 750.000 personnes, a déclaré sur Europe 1 le 18 mai: «Je suis content que quelqu'un qui ait l'expérience et l'envergure d'Alain Juppé, prenne ce poste-là», avant d'ajouter que la tâche sera "très difficile parce qu'il y a des logiques qui risquent d'apparaître contradictoires".

Certaines associations attendent de voir l'évolution des prochains mois, notamment avec la tenue du «Grenelle de l'environnement» annoncé par Nicolas Sarkozy pour septembre. «C'est aussi à nous ONG, au monde des industriels, au monde des syndicats de comprendre qu'il y a une vraie mutation à engager. Je ne suis pas enthousiaste, je suis réaliste, a indiqué Serge Orru. FNE souhaite également «contribuer, de manière à la fois constructive et vigilante», à la préparation du «Grenelle de l'environnement» pour que «cette conférence permette des réalisations très concrètes et rapides».

Mais d'autres associations et partis politiques sont moins optimistes. Dans un communiqué, Agir pour l'environnement précise: «Notre participation éventuelle à ce Grenelle de l'environnement demeure suspendue à l'adoption préalable de quatre moratoires sur les OGM, l'EPR, la construction de nouveaux incinérateurs et le programme autoroutier, ainsi que la mise à l'ordre du jour de deux problèmes majeurs: les pesticides et la téléphonie mobile». De même, le réseau Sortir du nucléaire boycottera la conférence si le décret autorisant la construction de l'EPR n'est pas abrogé d'ici là. Quant au parti des Verts, dont la dirigeante Dominique Voynet a obtenu 1,57% des suffrages au premier tour de l'élection présidentielle, il dénonce un «Grenelle de dupes».

Pour l'heure, une question demeure: fonctionnaires du transport et de l'industrie et fonctionnaires de l'environnement arriveront-ils à s'accorder si des conflits apparaissent entre enjeux économiques et environnementaux?


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus