Les associations exhortent l’Europe à défendre le thon rouge

Le 06 août 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La prochaine réunion de la Cites (la Convention pour le commerce international des espèces menacées) est prévue en mars 2010 et déjà les associations de protection environnementale mettent la pression sur les pays européens pour qu’ils soutiennent l’inscription du thon rouge. Depuis plusieurs années, les ONG dénoncent en effet la surpêche de cette espèce et sa mise en danger, appuyées par des études dont celle d’un panel d’experts chargés en 2008 d’évaluer la gestion de l’Iccat, la Commission internationale pour la conservation des thonidés en Atlantique. Ils recommandaient dans leurs conclusions de suspendre la pêcherie du thon rouge dans l’Atlantique Est et dans la Méditerranée.

La principauté de Monaco, puis la France à l’issue des tables rondes du Grenelle de la mer, se sont déjà engagées à soutenir l’inscription de l’espèce en annexe 1 (interdiction de commercialisation internationale), rejointes dernièrement par l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Pour Greenpeace, il est indispensable que l’Union Européenne -et en particulier les pays pêcheurs de la Méditerranée- assument pleinement la responsabilité d’avoir conduit l’espèce au bord de l’effondrement. «Ils doivent maintenant porter au niveau international les mesures indispensables pour sauver cette espèce et la pratique d’une pêche millénaire», écrit l’association dans un communiqué. Même son de cloche chez WWF, qui «exhorte» les membres de l’UE à adopter la même position: «L’interdiction du commerce international du thon rouge de l’Atlantique et de la Méditerranée est la seule voie possible, elle constitue notre dernière chance de sauver cette espèce surexploitée», indique l’ONG dans un communiqué.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus