Les antibiotiques en partie à l’origine de l’asthme?

Le 03 avril 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'asthme lié aux antibios
L'asthme lié aux antibios
DR

Les enfants ayant reçu des antibiotiques avant l’âge d’un an ont plus de risques de développer un asthme, dont certaines formes qui persistent plusieurs années, selon une étude australo-américaine publiée dans les Annals of Allergy, Asthma and Immunology.

Voilà qui devrait amener à redoubler de prudence avec les antibiotiques prescrits aux bébés: déjà accusés de favoriser l’obésité chez l’enfant, ces médicaments sont désormais soupçonnés d’entraîner des asthmes de type allergique. L’idée n’est pas neuve, mais jusqu’alors rien n’empêchait d’inverser le lien de causalité, à savoir que les enfants les plus fragiles des bronches, donc les plus susceptibles aux allergies, recevaient plus souvent d’antibiotiques.

Or au contraire, les antibiotiques pourraient bien être à l’origine de l’asthme, ainsi que l’ont déjà suggéré des travaux chez la souris. Tel est ce qui ressort de l’étude menée par Mei-Sing Ong, de l’University of New South Wales de Sydney (Australie), et ses collègues sur plus de 62.500 enfants, chez lesquels ils ont analysé la survenue d’asthme en fonction de leur consommation d’antibiotiques pendant la première année de vie.

Chez les 42,7% d’enfants ayant consommé ces médicaments lorsqu’ils étaient nourrissons, le risque de développer une «respiration sifflante transitoire», forme d’asthme se résolvant avant 3 ans, était accru de 80%. Leur risque de voir cet asthme perdurer jusqu’à l’âge de 7 ans était accru de 30%.

Fait important, ces associations étaient observées après exclusion des enfants ayant pris ces antibiotiques en raison d’infections respiratoires, confortant l’idée que ces médicaments constitueraient la cause de l’asthme, et non sa conséquence.

La flore intestinale perturbée

Autre phénomène observé, un effet dose-réponse: les enfants ayant pris au moins cinq traitements antibiotiques leur 1ère année avaient 140% plus de risques de développer une respiration sifflante transitoire, et 80% d’endurer un asthme persistant jusqu’à l’âge de 7 ans.

Selon les chercheurs, cet éventuel rôle des antibiotiques sur l’asthme pourrait s’expliquer par la perturbation de la flore intestinale, en cours de formation pendant chez le nourrisson -une hypothèse déjà avancée pour le lien entre antibiotiques et obésité. Or on connaît désormais l’effet d’une flore intestinale peu diversifiée sur l’apparition d’asthme (voir le JDSA).

Autre piste, en partie liée à la première, l’hypothèse hygiène: selon celle-ci, les allergies, respiratoires, cutanées ou alimentaires, s’expliqueraient par une insuffisante confrontation du système immunitaire avec les micro-organismes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus