Les Anglais bientôt à court d’eau?

Le 18 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La moitié des foyers britanniques sont menacés de restriction d’eau. C’est le constat réalisé par les compagnies d’eau, si les pluies hivernales n’arrivent pas à compenser le déficit dû à la sécheresse du printemps et de l’été derniers. Ces compagnies qui gèrent l’approvisionnement en eau sur chacun des grands bassins versants exhortent donc les consommateurs à faire des économies pour qu’elles n’aient pas à pomper dans les réservoirs, les nappes ou les rivières dont les niveaux sont déjà bien bas.

Après Anglian Water, c’est au tour de Thames Water et South East Water de déposer officiellement auprès de l’Agence anglaise de l’environnement une demande de dérogation pour des pompages de secours dans les rivières.

Avec les températures particulièrement douces que connaît actuellement l’Angleterre, les inquiétudes enflent vis-à-vis d’une nouvelle sécheresse en 2012. «Si l’hiver est sec à nouveau, les choses vont commencer à être difficiles», déclare au journal The Guardian Richard Aylard, le directeur développement durable de Thames Water. Les compagnies qui opèrent dans les régions les plus touchées par la sécheresse, c’est-à-dire dans le centre et le sud–est de l’Angleterre attendent beaucoup des chutes de pluie de cet hiver.

De son côté, l’Agence de l’environnement s’est déclarée peu surprise par ces demandes de permis exceptionnels. «Mais nous les recevons généralement en été ou au printemps. La dernière demande faite en automne date de 2003.» Avec les changements climatiques attendus, les compagnies d’eau, l’agence gouvernementale ainsi que les agriculteurs s’attendent à un climat plus sec. Pour parer aux pénuries d’eau qui s’annoncent, -aggravées par l’augmentation de la consommation en raison de la croissance démographique-, plusieurs de ces compagnies prévoient la construction de grosses infrastructures. Des projets de transferts d’eau entre grands bassins versants mais également de construction de barrages reviennent au goût du jour.

Comme dans les pays du Moyen-Orient, Thames Water prévoit, quant à elle, la construction d’une usine de dessalement d’eau de mer dans l’estuaire de la Tamise (voir JDLE).

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus