Les Américains vont-ils autoriser «Frankenfish» ?

Le 26 août 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a annoncé dans un communiqué la mise en place d’une consultation publique de 60 jours sur une question délicate : accepteriez-vous dans vos assiettes du saumon génétiquement modifié ?

Le processus d’approbation pourrait prendre moins d’un an, et si le feu vert est donné à la commercialisation du poisson, ce dernier pourrait se retrouver sur le marché dans 18 mois. La question est de taille (dans le JDLE), car l’approbation pourrait ouvrir la voie au commerce de nombreux autres animaux GM à consommer.

En cas de refus du public, les scientifiques affirment que cela aura un effet négatif sur les recherches, les financements risquant de faire défaut. Si l’animal est accueilli favorablement, la FDA se pose encore la question de savoir s’il faudra le labelliser en tant qu’OGM.

Ce saumon, créé par AquaBounty Technologies à Boston, a coûté 50 millions de dollars. Sa particularité réside dans le fait qu’il grandit deux fois plus rapidement qu’un poisson ordinaire, selon la société. « Cette avancée technologique permettra aux éleveurs d’accroître leur production tout en réduisant drastiquement leurs coûts », indique-t-elle sur son site.

Pour arriver à ce résultat génétique, une hormone de croissance a été prélevée d’un saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha, une espèce des eaux froides), pour être jointe à une séquence ADN (promoteur) appartenant à la loquette d’Amérique, une sorte d’anguille, explique John Buchanan, scientifique en chef chez AquaBounty. Ce mélange génétique est ensuite injecté dans les œufs des saumons d’Atlantique. Le génome du poisson se charge du reste, l’ADN se répartissant ensuite chez le poisson. Outre cette manipulation, le saumon est rendu stérile, pour éviter les interactions avec les autres espèces.

Parce qu’il s’agit d’une technologie récente, la FDA n’a pas encore prévu de réglementation claire pour encadrer les animaux génétiquement modifiés. Un comité de conseil formé par des vétérinaires a été établi pour étudier la question. Une réunion publique se tiendra le mois prochain.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus