Les Américains se préparent à leur prochain tremblement de terre

Le 31 mars 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Comment résister au « Big One»? Les Américains, et notamment ceux qui vivent près de la faille de San Andréas, savent qu’un tremblement de terre dévastateur comme celui ayant touché la Californie en 1906 pourrait un jour les affecter. Certains l’envisagent même avant 2030.

Un nouveau rapport du Conseil national de la recherche américain (National Research Council) présente un plan pour 20 ans dont l’objectif est de réduire les risques sismiques et d’améliorer la résistance aux tremblements de terre, même les plus meurtriers, ceux qui peuvent toucher des zones densément peuplées.

Les Etats-Unis, précise le rapport, n’ont pas connu de tremblement de terre véritablement dévastateur et meurtrier depuis une centaine d’années, seulement des séismes de faible, voire de moyenne intensité. Toujours selon ce document, les Américains ressentiraient un faux sentiment de sécurité. Le comité du NRC mentionne un exercice de simulation d’un séisme d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter, réalisé récemment à Los Angeles. L’exercice a montré qu’un tel phénomène entrainerait des pertes énormes. Autre point négatif, les Etats-Unis ont failli dans leur capacité à réagir face au désastre causé par l’ouragan Katrina.

Le National Earthquake Hazards Reduction Program (NEHRP), le programme de réduction des risques sismiques, a été établi par le Congrès américain en 1977. Ce programme vient donc d’être complété par une feuille de route, développée en 18 points. L’objectif de ce nouveau plan est de développer les capacités du pays à rester fonctionnel en cas de désastre et à se rétablir rapidement après un épisode sismique intense.

La feuille de route met notamment l’accent sur la poursuite des recherches scientifiques en matière de compréhension du phénomène et de prédiction des tremblements de terre; le déploiement des 75% restants du système sismique national avancé (Advanced National Seismic System), un système qui alerte en quelques minutes sur l’exacte localisation et la magnitude des séismes; la mise au point d’une cartographie des zones sismiques du pays pour identifier les zones à risque; la mise en place d’un réseau d’observation pour mesurer, suivre, et modéliser les niveaux de vulnérabilité à la catastrophe et les capacités de réaction des collectivités; la mise en place d’un système d’information géographique (SIG) permettant d’évaluer les risques sismiques et d’estimer les pertes; le développement, puis le déploiement d’une nouvelle génération de bâtiment «verts» et de haute performance, ainsi que des éléments pouvant être employés dans les constructions parasismiques.

Le comité national de la recherche (NRC) a estimé le coût de la mise en place d’un tel programme à 306 millions de dollars (217 millions d’euros) pour les 5 premières années.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus