Les alternatifs au CEA

Le 09 avril 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est une révolution ! Soixante-cinq ans après sa création, par une ordonnance du Général de Gaulle, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) change de nom. Depuis le 10 mars, on est prié de dire Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives. Cette nouvelle appellation n’a rien de symbolique. Elle reflète un élargissement sensible de la mission de l’établissement public. « Il s’agit de préparer la France à s’exonérer, vers le milieu du siècle, des énergies fossiles », résume Bernard Bigot, l’administrateur général du CEA. En plus du reste, le Commissariat va donc massivement se consacrer aux énergies décarbonées : des surgénérateurs du futur aux énergies renouvelables (ENR).

 A changement de cap, changement de structure. L’établissement vient de se doter d’une direction en charge des énergies renouvelables. Confiée à Jean Therme, par ailleurs patron de la recherche technologique et du centre de Grenoble, cette nouvelle entité se concentre sur plusieurs secteurs : le stockage de l’électricité (batteries, systèmes de recharge, hydrogène), les réseaux d’électricité intelligents, les agrocarburants de 2 e génération, le photovoltaïque. Tel est du moins ce qui devrait figurer dans le contrat de performance 2010-2014 que le CEA s’apprête à signer avec l’Etat. Les moyens seront aussi au rendez-vous. Les concepteurs du grand emprunt ont prévu de consacrer 5 milliards d’euros au financement de la recherche sur les énergies alternatives : 2,5 milliards pour les ENR, 1 milliard pour le nucléaire de demain, autant pour le transport et l’urbanisme durables. Enfin, 500 millions pour la rénovation thermique des logements privés.

 Avec ses projets de développement de l’institut national de l’énergie solaire (INES 2), de mise en place d’un institut de recherche sur le stockage de l’énergie, de construction du réacteur Jules Horowitz, le CEA espère faire tomber une bonne partie de cette manne dans son escarcelle. Le solde viendra du 8 e PCRD européen et pourquoi pas de fonds gérés par l’Ademe.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus