Les allergies en milieu professionnel

Le 16 mars 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Institut national de recherche et sécurité (INRS) vient de mettre en ligne un dossier consacré aux allergies en milieu professionnel. Il dresse un état des lieux de ces maux et donne des notions et des outils pour mettre en œuvre une prévention efficace et réduire les risques.

Les allergies, dues à l'exposition d'agents chimiques ou biologiques particuliers, peuvent se manifester par voies cutanées, respiratoires ou oculaires. Les plus fréquentes dans le milieu professionnel sont les dermatoses, et plus précisément les eczémas. Selon les travaux des chercheurs, les rhinites semblent plus élevées que les asthmes professionnels, qui représentent pourtant 9 à 10% des cas d'asthme chez les adultes.

Ces allergies d'origine professionnelle se manifestent uniquement chez une partie des travailleurs soumis à une même exposition et tout aussi bien à de très faibles niveaux d'exposition. Sur les 350 allergènes identifiés au travail, une douzaine sont à l'origine de la majorité des cas d'allergie. Aucun métier n'est épargné: les colorants et les produits de permanente dans la coiffure, les farines, les fumées de cuisson ou les désinfectants dans la restauration, le ciment et les résines époxy dans les BTP, les métaux, les poussières métalliques ou les composants des huiles de coupe dans la mécanique et la métallurgie, les divers agents chimiques dans la chimie et l'industrie plastique, ou les agents biologiques et certaines protéines dans l'agriculture et la transformation des végétaux.

Pour réduire les risques professionnels, la suppression de l'agent pathogène est la première solution. Pourtant, elle est rarement possible. L'INRS conseille donc de réduire les conditions d'exposition aux agents sensibilisants en modifiant la méthode de travail ou en aménageant le poste. Cela peut se traduire par la limitation de l'utilisation de techniques de pulvérisation, par la manipulation de produits en poudre ou par des procédés de captage de produits à la source. Le réaménagement des locaux peut être également envisagé.

Même s'il n'existe pas de suivi national, l'INRS évalue entre 70 et 150 cas de dermatoses professionnelles pour une population de 100.000 travailleurs, de trois à quatre cas de rhinites dues au travail et 2,5 cas d'asthme. En 2002, 4% des maladies professionnelles déclarées et reconnues en France sont des allergies. Les tableaux 65, 66, 66 bis et 95 concernent spécifiquement les affections allergiques professionnelles dues à différents agents.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus