Les agrocarburants nous bouffent trop de terres

Le 28 mai 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
+130% de terres en plus en 2030
+130% de terres en plus en 2030
DR

En 2030, l’Union européenne aura besoin d’une surface équivalente à la Suède et la Pologne pour répondre à ses besoins en biomasse, qu’il s’agisse de plantes ou de bois utilisés pour les agrocarburants, l’électricité et le chauffage, selon une étude menée pour le compte des Amis de la terre Europe.

«Accaparement de terres, conflits, déforestation, perte de biodiversité, aggravation des changements climatiques, forte instabilité des prix alimentaires qui menace la sécurité alimentaire mondiale»… Comme le rappelle l’étude menée par l’université d’économie et de commerce de Vienne (Autriche), la biomasse, première source d’énergie renouvelable au monde, pourrait s’avérer une piètre alternative aux énergies fossiles.

«Notre consommation de terres échappe à tout contrôle. L’Europe est déjà le continent qui dépend le plus de terres situées hors de ses frontières et elle est numéro 2 mondial pour le niveau de consommation de terres par habitant», rappellent les chercheurs autrichiens.

Selon leurs calculs, la surface nécessaire à la production de biomasse pour l’Europe était de 44,5 millions d’hectares en 2010, soit la surface de la Suède. Au rythme actuel, elle devrait augmenter de 27% d’ici 2020, puis de 58%. Elle atteindrait alors 70,2 Mha en 2030, l’équivalent de la Suède et de la Pologne.

Agrocarburants: +130% de terres d’ici 2030!

«Rien que pour produire le bois destiné au chauffage et à la production d’électricité, il faudrait utiliser presque 40% de l’espace forestier productif de l’Europe, si le bois devait provenir entièrement de l’Union européenne», soit 40 Mha en 2030 contre 30 Mha en 2010, notent les Amis de la terre Europe. Quant aux agrocarburants, la surface nécessaire pour alimenter l’Europe pourrait s’élever à 11 Mha en 2030, soit 130% de plus qu’en 2010.

Dans le viseur des associations, les agrocarburants tirés de plantes agricoles, ceux dits de première génération, auxquels les Amis de la terre Europe appellent à mettre fin. Le sujet s’avère particulièrement vif en ce mercredi 28 mai, alors que les représentants de l’UE doivent se rencontrer en vue d’un éventuel plafond à 7%, soit 3% de moins que prévu par le paquet Energie Climat de 2008. Un accord que les ministres de l’énergie de l’UE n’étaient pas parvenus à conclure, en décembre 2013 (voir le JDLE).

Quant au bois utilisé pour la production d’énergie et de chauffage, les associations dénoncent le fait qu’il provient très souvent d’arbres entiers, résultant de l’abattage de forêts extra européennes. En particulier celles des Etats-Unis, du Canada, de Russie et du Brésil, rappellent les Amis de la terre Europe.

Selon une estimation publiée le 22 mai par le service de statistiques du département à l’énergie américain (EIA), les exportations de granulés de bois ont quasiment doublé en 2013, en raison de la demande européenne en hausse. Pour les Amis de la terre Europe, mieux vaut «remettre l’accent sur l’énergie tirée des déchets et des résidus agricoles et forestiers, où il est prouvé que les émissions indirectes de substitution sont minimales».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus