Les agglomérations visées pour gérer le trait de côte

Le 19 avril 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Stéphane Buchou, à la tête de la nouvelle mission parlementaire d'adaptation des territoires littoraux
Stéphane Buchou, à la tête de la nouvelle mission parlementaire d'adaptation des territoires littoraux

Présidée par le député Stéphane Buchou (Vendée, LREM), une mission parlementaire a été chargée, le 17 avril, de poser les premières pierres d’un texte de loi permettant d’adapter les territoires littoraux face à l’évolution du trait de côte. Interview.

Stéphane Buchou connaît déjà la chanson. Depuis décembre 2017, il préside le comité national de suivi pour la gestion intégrée du trait de côte créée par l’ancienne ministre de l’environnement Ségolène Royal au lendemain de la tempête Xynthia. «Au sein de ce comité, qui réunit élus, scientifiques et personnalités associées, nous travaillons à mieux connaître l’évolution du trait de côte et à mieux l’appréhender. Dans ce contexte, des observatoires du trait de côte ont été mis en place dans quasiment toutes les régions. Des observatoires qui sont regroupés au sein d’un réseau national», explique au JDLE Stéphane Buchou.

Logique d’aménagement du territoire

Désormais, l’heure est à l’action. «On ne répondra pas aux enjeux climatiques avec des recettes du passé», résume le député vendéen. Objectif: passer d’une «logique de défense» à une «logique d’aménagement du territoire» par la loi. Parmi les idées dans l’air, la conclusion de baux temporaires sur le littoral et l’installation d’habitats temporaires démontables rapidement.

Financements innovants

Le gouvernement a d’ailleurs reçu, le 17 avril, le rapport interministériel commandé à l’Inspection générale des finances, l’Inspection générale de l’administration et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD). Pas encore publié, ce document propose notamment d’accompagner la transition sur des stratégies intercommunales de gestion du trait de côte non obligatoires mais facilitatrices. Ces dispositifs permettraient en effet aux collectivités de contractualiser avec l’Etat. En matière d’adaptation, le financement est le nerf de la guerre.

L’indemnisation au cœur des débats

La mission parlementaire de Stéphane Buchou doit se conclure à la mi-octobre. Ce nouveau texte de loi pourra alors être soumis au débat des parlementaires. Il y a fort à parier que l’indemnisation des propriétaires expropriés à cause de l’érosion du littoral focalise l’attention. Refusée sur le principe, celle-ci a été accordée le 20 décembre dernier aux seuls anciens propriétaires de l’immeuble Le Signal, à Soulac-sur-mer (Gironde), dans le cadre du projet de loi de finances 2019.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus