Les aéroports européens veulent être de plus en plus ‘neutres’ en carbone

Le 15 juin 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Seules les émissions des avions au sol sont comptabilisés dans le bilan carbone des aéroports.
Seules les émissions des avions au sol sont comptabilisés dans le bilan carbone des aéroports.

Une centaine d’aéroports européens s’engagent à atteindre la neutralité carbone en 2030.

On l’oublie: la COP 21 s’est déroulé sur un aéroport. C’est sur l’une des pistes du Bourget qu’a été scellé l’Accord de Paris qui rebat les cartes de la diplomatie. L’événement avait été mis à profit par les exploitants d’aéroports européens pour annoncer un ambitieux programme climatique.

50 aéroports

A l’horizon 2030, une cinquantaine de plateformes s’engageaient ainsi à atteindre la ‘neutralité carbone’, certification de l’Airport Carbon Accreditation (ACA) à l’appui. Les membres de la branche européenne du Conseil mondial des aéroports (ACI Europe) ont décidé de faire mieux. Mardi 13 juin, pas moins de 100 aéroports du Vieux monde se sont engagés à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2030. Ils sont aujourd’hui 27, dont Lyon Saint-Exupéry et Nice-Côte d’Azur.

Pas d'émission des avions

Concrètement, lesdits aéroports ne prétendent pas réduire à néant leurs émissions de gaz à effet de serre. Dans un premier temps, ils réalisent le bilan carbone de leurs activités au sol, les émissions aériennes des avions étant comptabilisées par les compagnies aériennes.

Compensation

Pour obtenir le second niveau de certification, les exploitants montrent qu’ils ‘gèrent’ leurs émissions. Quatrième et dernier niveau de certification ACA: après avoir réduit leurs rejets carbonés, autant que faire se peut, les plateformes compensent leurs émissions fatales.

Aéroports de Paris, détenteur d’une certification ACA de niveau 3 (dite optimisation), a non seulement réduit ses consommations d’électricité dans ses terminaux, mais aussi mis en service une centrale à géothermie, une centrale photovoltaïque de 0,4 hectares et deux chaudières à bois. A Nice-Côte d’Azur, l’aérogare ne consomme que de l’électricité d’origine renouvelable.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus