Les 100 espèces les plus menacées au monde

Le 11 septembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le caméléon Tarzan, l'une des 100 espèces les plus menacées
Le caméléon Tarzan, l'une des 100 espèces les plus menacées

Un rapport publié ce 11 septembre par l’Union internationale de conservation de la nature (UICN) et la Société zoologique de Londres (ZSL) liste les 100 espèces d’animaux, de plantes et de champignons qui seront les premières à disparaître de la planète si rien n’est fait pour les protéger.

Intitulé «Priceless or worthless» («sans prix ou sans valeur?»), le document est présenté dans le cadre du Congrès mondial de la nature organisé par l’UICN jusqu’au 15 septembre sur l’île de Jeju en Corée du Sud.

L’objectif est d’accroître la visibilité de ces espèces afin qu’elles soient prises en compte dans les programmes de conservation lancés par les ONG.

«Toutes les espèces figurant sur la liste sont uniques et irremplaçables. Si elles disparaissent, aucune somme d’argent ne les fera renaître. Cependant, si nous prenons des mesures immédiates, nous pouvons leur donner de bonnes chances de survie. Mais pour cela, nous avons besoin d’une société qui souscrive à la position éthique voulant que toutes les espèces ont le droit inhérent d’exister», a déclaré Ellen Butcher, de ZSL, co-auteur du rapport.

Les 100 espèces les plus menacées se trouvent dans 48 pays différents. Il s’agit notamment du caméléon Tarzan (Calumma tarzan) à Madagascar, du paresseux pygmée à trois doigts (Bradypus pygmaeus), qui résiste encore sur l’île d’Escudo, à 17 kilomètres au large du Panama. En Asie du Sud-Est, il ne reste plus qu’une dizaine de saola (Pseudoryx nghetinhensis), une antilope plus connue sous le nom d’unicorne asiatique. En Europe, la galle colorée du saule (Cryptomyces maximus), un champignon émetteur de spores, risque aussi de disparaître.

Pour sauver ces espèces de l’extinction, une volonté politique doit accompagner les programmes de conservation mis en place par les ONG comme «Save our species» (SOS). Leurs actions montrent que des efforts bien ciblés produisent d’excellents résultats. Par exemple, le cheval de Przewalski (Equus ferus) et la baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) ne sont aujourd’hui plus menacés de disparition.

http://viewer.zmags.com/publication/44234ae6#/44234ae6/1



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus