Léger déraillement d’un train de combustibles nucléaires

Le 24 décembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En France, 200 convois ferroviaires transportant des combustibles nucléaires usés circulent chaque année.
En France, 200 convois ferroviaires transportant des combustibles nucléaires usés circulent chaque année.
Areva

Régulièrement, les associations antinucléaires protestent contre le passage de trains transportant des déchets nucléaires, à proximité des centres urbains. Lundi 23 décembre, vers 16 heures, l’essieu d’un wagon transportant un château de combustible usé a déraillé, en gare de Drancy (Seine-Saint-Denis).

Une équipe spécialisée de la Brigade des sapeurs pompiers de Paris est intervenue rapidement et a effectué des contrôles radiologiques. Ces mesures n’ont pas révélé d’anomalie. «L’emballage de transport est parfaitement intact et l’incident technique n’a eu aucun impact sur l’environnement», a d’ailleurs confirmé Areva.

 «Il n’y a pas eu de conséquences sur les personnes et l’environnement. En l’absence d’augmentation du débit de dose, l’ASN classe provisoirement l’évènement au niveau 0 de l’échelle INES», indique, pour sa part, l’autorité de sûreté nucléaire dans un communiqué.

Le wagon a été remis sur les rails en début de matinée, ce mardi 24 décembre, avant de reprendre sa route.

Après les menaces de dépôt de plainte «pour mise en danger d’autrui», formulées par Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, le gouvernement a réagi.

Les ministres de l’écologie et des transports, Philippe Martin et Frédéric Cuvillier, ont demandé l’ouverture d’une enquête au bureau d’enquête accident de transports terrestres. Parallèlement, le préfet de Seine-Saint-Denis devra constituer un comité d’information, regroupant élus et représentants des riverains de la gare de triage.

Parti de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, (Aube) le convoi se dirigeait vers le terminal de Valognes (Manche), où les conteneurs contenant de combustible usé seront dirigés vers l’usine de retraitement de La Hague.

Chaque année, estime l’ASN, on compte environ 200 transports ferroviaires de combustibles usés vers La Hague, dont une dizaine en provenance de l’étranger.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus