Le WWF revient sur la pollution aux PCB du Rhône

Le 21 septembre 2007 par Diana Semaska
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
lyon9_rhone
lyon9_rhone

Le mystère de l’origine de la pollution du Rhône aux PCB n’est pas prêt de s’éclaircir. Au moment où le ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables (Medad) publie le 19 septembre une note explicative sur les dangers et l’origine de ces substances contenues dans les transformateurs électriques, le WWF sort les premiers résultats d’une enquête sur le sujet.

«Les PCB imprègnent les sédiments du Rhône sur environ 300 kilomètres. Depuis 20 ans qu'on connaît cette pollution, aucune étude sur l'impact sur la santé n'a été faite, ni aucune mesure concernant cette pollution n'a été prise!», s'indigne Serge Orru, directeur général du WWF-France. Et d'évoquer le Grenelle: «Si demain, on crée de nouvelles règles sur l'environnement encore plus drastiques, comment peut-on croire qu'elles seront respectées?»

Cette affaire de pollution a émergé en 2005, mais elle est connue par les autorités depuis les années 1980. Marc Laimé, journaliste spécialiste des questions de l'eau, s'en étonne. «Aujourd'hui, il y a encore des processus de relargages atmosphériques ainsi que des milliers de sites orphelins, qui continuent de rejeter du pyralène. Mais les techniques de décontamination, que la Norvège a expérimentées, demanderaient plusieurs centaines de milliers d'euros…»

C'est en 1986 que l'Institut national de recherche agronomique (Inra) rédige un premier rapport d'alerte sur cette contamination du Rhône, communiqué à la Direction départementale de l'action sanitaire et sociale (Ddass) et au ministère chargé de l'environnement. En 1987, le décret du 2 février interdit la vente des PCB (ou polychlorobiphényles, appelés pyralène), qui seront classés parmi 12 polluants organiques persistants (POP) en 2001. En 2003, un plan national de décontamination et d'élimination des appareils contenant des PCB est approuvé, avec une échéance fixée au 31 décembre 2010.

C'est seulement en 2005 qu'une analyse de poissons réclamée par un pêcheur met à nouveau en lumière la contamination. S'ensuivent des arrêtés préfectoraux interdisant la commercialisation et la consommation de poissons du fleuve dans plusieurs départements.

Selon une étude du Cemagref (Institut de recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de l'environnement), l'origine de la pollution serait antérieure à 1987 et due notamment à l'usine Tredi, spécialisée dans le traitement des déchets de transformateurs contenant des PCB. Cette usine est une des deux seules en France habilitées à retraiter les appareils contenant les PCB. Entre 1987 et aujourd'hui, la quantité autorisée de PCB rejetés chaque jour par ces usines est passée de 1,5 kilogramme à 3 grammes.

Perturbateurs endocriniens, les PCB, qui disparaissent de l'eau au bout de 100 ans, s'accumulent dans les graisses. «Une étude américaine sur les Grands Lacs a montré qu'il existait un lien entre la concentration en PCB du cordon ombilical et le développement neurologique de l'enfant, l'apprentissage du langage, le retard scolaire…», explique André Cicolella, directeur de l'unité d'évaluation des risques sanitaires à l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris). «Il faut que des études soient menées sur l'imprégnation de la population française, pour avoir une idée plus précise de ces risques».

Philippe Boisneau, président des pêcheurs professionnels en eau douce, déplore les répercussions économiques des interdits préfectoraux: «25.000 petits pêcheurs du Rhône vivent de la pêche à l'anguille. Aujourd'hui, 24 pêcheurs sont au chômage parce qu'ils ne peuvent plus vendre de poisson!».

Une commission d'enquête parlementaire a été réclamée par Jean-Jack Queyranne, président de Rhône-Alpes et Michel Vauzelle, président de Provence-Alpes-Côte-d'azur, tous deux députés. Une nécessité pour faire le point sur les conséquences de la pollution, sur les actions de dépollution et les mesures à prendre en matière de restauration du milieu aquatique.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus