Le WWF critique le dessalement

Le 20 juin 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Eliminer le sel de l'eau de mer pour pallier le manque d'eau potable dans le monde pourrait finir par aggraver le réchauffement climatique. C'est ce qu'a déclaré le WWF le 19 juin, expliquant que dessaler, filtrer et évaporer l'eau de mer nécessitent beaucoup d'énergie, entraînant d'importantes émissions de gaz à effet de serre (GES), et pourraient avoir un impact sur la faune marine. Des agriculteurs ont recours au dessalement pour cultiver des cultures demandeuses en eau dans des régions arides alors que les coûts énergétiques sont élevés. Ainsi, selon l'organisation de défense de l'environnement, des pays comme l'Arabie saoudite, l'Australie et l'Espagne devraient plutôt s'engager dans la conservation de l'eau et le recyclage que dans le dessalement.

Le WWF évalue le nombre d'usines de dessalement à 10.000 dans le monde, et estime que le secteur pourrait croître de façon exponentielle dans les prochaines années car les gouvernements cherchent à fournir de l'eau aux zones arides, qui s'étendent rapidement en Chine, aux Etats-Unis, ou encore en Inde. La moitié des capacités de dessalement se situent dans la région du Golfe où les pays producteurs de pétrole utilisent cette technique pour couvrir 60% de leurs besoins en eau.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus