Le vélo en campagne pour les élections municipales

Le 05 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Français demandent davantage de pistes cyclables et de places de stationnement
Les Français demandent davantage de pistes cyclables et de places de stationnement

La petite reine s’est fait une meilleure place en ville, selon les premiers résultats de l’enquête du Club de villes et territoires cyclables (CVTC), présentés le 4 février à Paris. Le cycle urbain a fait du chemin, ces trois dernières années. Reste à confirmer sa lancée, à coups de budget, d’aménagement et de places de stationnement.

C’est un métier! Les chargés de mission «vélo» ont fait leur entrée au sein des équipes municipales. Ils sont désormais présents dans les trois quarts des collectivités interrogées (10 points de plus qu’en 2011). Les instances d’information et de concertation progressent également. On en trouve dans plus de la moitié des villes en 2013 (13 points de plus qu’en 2011). Les observateurs locaux de l’usage du vélo sont quant à eux moins répandus (28% des collectivités). Ils sont pourtant indispensables pour identifier les besoins et évaluer les politiques locales.

 

A quoi reconnaît-on une collectivité engagée dans une politique cyclable? En général, elle intègre des dispositions «vélo» dans son plan local d’urbanisme (80% des cas). Dans une moindre mesure, elle réalise un schéma directeur des aménagements cyclables (72%). Plus rarement, elle élabore une charte spéciale dédiée à l’utilisation de ces aménagements (à peine une sur deux).

 

Un budget petit mais stable

Pour financer leurs politiques vélo, les collectivités mettent, un peu, la main à la poche. Deux tiers d’entre elles lui accordent un budget spécifique. Un résultat qui grimpe à trois quarts des villes, dès qu’elles dépassent 50.000 habitants.

Mais l’enveloppe est maigre: environ 5,9 euros par an et par habitant en moyenne, en 2013, contre 5 € en 2011. Dans le détail, la manne finance surtout des investissements (70%). Les frais de fonctionnement consomment le solde.

 

Vous avez dit «Zone 30»?

Les zones où la vitesse maximale est fixée à 30 km/h, dites «zones 30», affichent un échec flagrant. Elles existent dans moins d’une collectivité sur cinq (seulement 30 à Paris), tout comme les chartes de modération de la circulation (18%) ou les codes de la rue (11%).

 

Quels aménagements cyclables?

L’aménagement le plus naturel reste la réduction du nombre de files sur certaines artères. Trois quarts des collectivités ont choisi cette solution pour favoriser le vélo. Dans les grandes agglomérations de plus de 250.000 habitants, la réponse est même unanime. Moins courante, la remise en double sens d’artères en sens unique ne concerne qu’un gros tiers des villes interrogées.

 

En général, les voiries aménagées ont gagné du terrain par rapport à 2011 (+9 points) mais leur proportion ne dépasse pas 27% de l’ensemble de la voirie. Ce sont les villes de 50.000 à 100.000 habitants qui sont les mieux loties (38% de leur voirie affiche des aménagements spécifiques). Les double-sens cyclables ont par ailleurs le vent en poupe (leur linéaire a progressé de 27% entre 2011 et 2013), tout comme les sas cyclistes (+24%) (2).

 

Peu d’aides à l’achat

Les aides directes pour acheter une bicyclette ciblent surtout les vélos à assistance électrique (22% des collectivités en proposent, en général à hauteur de 25% du montant total). Pour le reste, le désert l’emporte. 2% seulement des collectivités soutiennent financièrement l’achat de vélos pliants, et 3% d’entre elles proposent des aides à l’acquisition d’un vélo classique.

Les associations favorisant l’usage de la bicyclette bénéficient de moyens accrus dans les grandes agglomérations. 71% des villes de plus de 250.000 habitants les subventionnent, contre 54% seulement en moyenne en France.

 

Recherche places de stationnement

Le CVTC l’assure: le nombre de places pour garer son vélo est en hausse: +30% en deux ans. Les collectivités ont mis en place des arceaux supplémentaires et les garages à vélo se sont développés dans les gares centrales.

 

Il n’empêche, les Français veulent plus. Plus de places de stationnement sûres et accessibles dans les gares et à l’intérieur de leurs immeubles. Plus de pistes cyclables dans leur ville (3). De quoi inspirer les candidats aux prochaines élections municipales?

 

(1)L’enquête a été réalisée auprès de 80 collectivités représentant plus de 16 millions d’habitants. Elle fait suite à deux enquêtes, réalisées en 2007 et 2011 par le CVTC, qui regroupe 1.400 collectivités.

(2) Un sas cycliste est un espace réservé aux vélos au niveau des feux de signalisation. Il permet aux cyclistes de se placer devant les véhicules motorisés et de démarrer en toute sécurité.

(3)Selon l’enquête «Les Français et le vélo» réalisée par TNS Sofres en 2013 pour le CVTC

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus