Le vélo électrique, antidote à la voiture en ville?

Le 07 novembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le vélo à assistance électrique, l'antidote à la voiture?
Le vélo à assistance électrique, l'antidote à la voiture?
DR

Une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) sur les services autour du vélo fait la démonstration du potentiel du vélo à assistance électrique pour améliorer la circulation, la qualité de l’air en ville et la santé des citadins.

Aide à l’achat d’un vélo électrique. Vélos en entreprise. Consignes sécurisées en gare ou en ville. Vélo-écoles. Locations longue durée. Autant d’usages du vélo qui structurent le développement et la pratique de ce mode de déplacement bon pour la santé, le climat, ou encore le porte-monnaie, sans compter son impact sur les embouteillages, la pollution ou le bruit. Quels sont les usages, l’efficacité ou encore les coûts de ces services? C’est sur ces aspects encore «très largement méconnus» que l’Ademe a voulu lever le voile dans un rapport, complété par 5 cahiers techniques thématiques.

2.200 km par an en VAE

Et la bicyclette suscite bien une remise en cause de la place de la voiture, même si son ampleur varie fortement selon l’usage adopté. Ainsi, un abonné à une consigne vélo en gare renonce en moyenne à 2.200 kilomètres en voiture par an et 12% d’entre eux (qui utilisaient auparavant la voiture sur l’ensemble de leur trajet) sont devenus utilisateurs réguliers du TER. Le vélo à assistance électrique (VAE) est plus efficace encore, puisque les utilisateurs ‘évitent’ entre 650 et 1.400 km par an en voiture en moyenne. Enfin, par la possibilité qu’il offre d’aller plus loin qu’un vélo classique, le VAE amène 15% de ses usagers à se séparer de leur voiture et 13% à renoncer à un tel achat (14% chez ceux qui bénéficient d’une consigne en gare).

45 millions de chiffres d’affaires

S’il fallait encore le démontrer, c’est chose faite ici: le vélo est bon pour le climat. Entre 140 et 550 kg de CO2 seraient économisés chaque année par les cyclistes, pour un bilan moyen de 2 tonnes par habitant pour les seuls déplacements. «L’intermodalité en gare (qui permet d’amener de nouveaux clients au TER) et les services autour du VAE (qui permettent de réaliser des distances importantes) sont particulièrement efficaces», note l’Ademe. Enfin, le vélo est bon pour le budget de la nation, puisqu’il permet d’améliorer la santé de ses utilisateurs et de créer des emplois. «Dans le cas d’un déploiement à plus grande échelle des services vélos en France, l’impact serait de plus de 3.500 emplois directs créés et de plus de 45 millions d’euros de chiffre d’affaire pour la filière du cycle (fourniture de vélos, VAE et des équipements de stationnement)», a calculé l’Ademe.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus