Le triclosan, agent biocide… qui facilite les infections

Le 10 avril 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le triclosan, agent biocide à double tranchant
Le triclosan, agent biocide à double tranchant
DR

Le triclosan, un agent biocide présent dans de nombreux savons, shampoings et dentifrices, favorise le portage nasal des staphylocoques dorés. Un effet pour le moins contre-productif, révélé par une étude américaine publiée dans la revue mBio.

 

Le triclosan a décidément tout pour plaire: suspecté d’être un perturbateur endocrinien, il formerait, au contact du chlore présent dans l’eau du robinet, du chloroforme –considéré comme cancérogène potentiel par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ).

Le voici maintenant accusé de favoriser un risque infectieux, un comble pour un agent biocide. Selon l’équipe de Blaise Boles, de l’université du Michigan à Ann Arbor, «la réévaluation du triclosan dans les produits de consommation courante devient nécessaire, de manière urgente» -ces dernières années, plusieurs fabricants, mais pas tous, ont annoncé y avoir renoncé.

A l’origine de l’étude menée par les chercheurs américains, l’observation selon laquelle les staphylocoques dorés peuvent acquérir une résistance au triclosan lorsqu’ils sont accoutumés à des concentrations sous-inhibitrices de celui-ci. Or ces nouveaux résultats vont encore plus loin: le biocide pourrait favoriser le portage nasal de ces bactéries [1].

Deux fois plus de portage nasal avec le triclosan

Les chercheurs montrent que parmi les personnes dont la cavité nasale présente des niveaux élevés de triclosan -du fait, par exemple, de l’utilisation de certains produits de soin-, 64% sont porteuses d’un staphylocoque doré. Celles qui n’ont pas ou peu de triclosan ne sont qu’environ 30%, niveau similaire à celui rapporté en population générale.

Une expérience chez l’animal confirme ce phénomène: pendant 3 jours, les chercheurs ont administré à des rats du triclosan dilué dans leur alimentation, puis leur ont inoculé des staphylocoques dorés par voie nasale. Parmi les deux doses de bactéries, seule la plus forte aboutissait à une colonisation nasale des animaux contrôle (sans triclosan), tandis que la plus faible (1.000 fois moins concentrée) suffisait pour les rats exposés au biocide.

Les chercheurs montrent par ailleurs qu’un staphylocoque doré incubé avec une petite dose de triclosan, insuffisante à le tuer, se fixe mieux à plusieurs protéines d’adhésion retrouvées dans l’organisme, telles que la kératine, la fibronectine et le collagène. D’où l’hypothèse que le triclosan faciliterait le portage nasal en accroissant l’attachement de la bactérie à la muqueuse nasale. Reste à savoir s’il en est de même avec d’autres muqueuses, ou pour d’autres bactéries.

[1] Les staphylocoques dorés, naturellement présents chez environ 30% de la population -au niveau du nez et de la gorge-, peuvent dégénérer en infections sévères s’ils envahissent d’autres sites de l’organisme, par exemple suite à une baisse des défenses immunitaires. Ce qui fait d’eux des bactéries dites «opportunistes».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus