Le traitement des eaux résiduaires progresse en Europe

Le 14 décembre 2011 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un rapport publié le 13 décembre sur l’application de la directive européenne relative aux eaux urbaines résiduaires conclut que les taux de conformité de la collecte et du traitement sont en hausse, mais pourraient être meilleurs.

La Commission européenne rappelle que près de 14 milliards d’euros sont dépensés entre 2007 et 2013 dans l’ensemble des pays de l’UE pour la mise en place d’infrastructures de collecte ou de traitement des eaux résiduaires. Des infrastructures prévues par la directive du 21 mai 1991 (1) dont l’objectif est de protéger la santé et l’environnement en évitant que les déchets humains et industriels n’aient des effets nocifs. Le texte prévoit ainsi que les eaux usées doivent être collectées et traitées dans toutes les zones où la pollution de l’eau en équivalent habitant est supérieure à 2.000. L’UE compte environ 23.000 zones dans ce cas, ce qui représente une charge polluante totale de 500 millions d’équivalent habitants.

 
Selon le dernier rapport d’évaluation (2) de la mise en œuvre de la directive (pour la période 2007-2008), les taux de conformité augmentent, aussi bien pour la collecte que pour le traitement. Cette progression est surtout due à l’amélioration des équipements des nouveaux Etats membres.
 
Au total, la plupart des systèmes de collecte des eaux urbaines résiduaires de l’UE à 15 sont très efficaces puisqu’ils captent 99% des eaux visées.
 
En revanche, la superficie des eaux sensibles (eaux eutrophes ou risquant de le devenir), qui nécessitent un traitement plus rigoureux, augmente. Elle passe de 68 à 73%. La Commission hésite entre deux explications: soit l’eutrophisation des eaux progresse, soit la prise en compte du problème des eaux sensibles augmente au sein de Etats membres.
 
Pour le traitement, les taux de conformité les plus élevés ont été atteints en Autriche, aux Pays-Bas et en Allemagne. Par ailleurs, des améliorations ont été observées au Danemark, en Finlande, en France, au Luxembourg, en Suède et dans les 12 nouveaux Etats membres (en particulier en Lituanie).
 
Quatre agglomérations –dont une française- ont toutefois été pointées du doigt pour manque de traitement adéquat. Il s’agit de Barreito-Moita et Matosinhos au Portugal, de Fréjus (Var) en France et de Trieste en Italie.
 
 
(1)   http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:31991L0271:fr:NOT
(2)   http://ec.europa.eu/environment/water/water-urbanwaste/implementation/pdf/SEC_2011_1561_F_EN.pdf


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus