Le tabagisme passif impacte davantage les jeunes filles

Le 06 mai 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le tabagisme passif a des eddets délétères accrus chez les jeunes filles.
Le tabagisme passif a des eddets délétères accrus chez les jeunes filles.
DR

Une jeune fille exposée à la fumée de cigarettes a plus de risque, comparé à un adolescent masculin, de voir son taux de «bon» cholestérol chuter. C’est ce qui ressort d’une étude publiée, il y a quelques jours, dans le journal d’endocrinologie clinique et du métabolisme de la Société d’endocrinologie. «Nous avons mis en évidence que des jeunes filles de 17 ans, élevées dans des maisons dans lesquelles on fume, sont plus susceptibles d’avoir des taux de cholestérol HDL en déclin», explique le docteur Chi Le-Ha, de l’université de Western Australia, qui dirige l’étude. Ce cholestérol HDL (pour high density lipoprotein, c’est-à-dire lipoprotéines de haute densité) est constitué de lipoprotéines, responsables du transport du cholestérol vers le foie où il pourra être éliminé, évitant l'accumulation de cholestérol dans les vaisseaux sanguins et diminuant les risques d'athérosclérose.

 

Le fait que le taux de HDL soit moindre chez les personnes exposées à la fumée de cigarettes est connu. Santé Canada notait, en 2007, que «le tabagisme passif diminue le taux de cholestérol HDL (bon cholestérol) dans le sang.» En 201, une équipe australienne avait déjà mis en évidence que le tabagisme de la mère ‘imprime’ chez l’enfant une série de caractéristiques de mauvaise santé alors même qu’il est encore dans son ventre, et relevait notamment un taux moins élevé en HDL que chez les nouveaux-nés dont la mère ne fumait pas.

 

La nouveauté de cette étude -menée sur une cohorte de 1.057 adolescents australiens, de 18 semaines de gestation jusqu’à leur 17ème anniversaire- a permis de mettre en évidence la plus grande susceptibilité des jeunes filles au phénomène. «Le tabagisme passif n’a pas les mêmes impacts sur les garçons du même âge, ce qui suggère que cette exposition a des effets plus dommageables chez les filles. Au regard de l’émergence des maladies cardiovasculaires dans les causes de mortalité chez les femmes dans le monde occidental, il y a des raisons de s’inquiéter.» L’étude enjoint les responsables en santé publique à travailler à réduire l’exposition des jeunes enfants à la fumée passive à la maison, particulièrement en direction des petites filles.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus