Le surplus de crédits de CO2 met en péril tout accord sur le climat

Le 18 septembre 2012 par Alexia Tilly
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Record en vue du surplus de crédits de CO2
Record en vue du surplus de crédits de CO2

17 milliards de tonnes: voilà la quantité astronomique de crédits de carbone qui seraient disponibles d’ici 2020. Un surplus qui met en péril tout projet d’accord sur le climat.

On savait que les engagements de nombreux pays pour réduire les émissions de CO2 étaient insuffisants. Ils s’avèrent aujourd’hui ridicules. Selon Thomson Reuters Point Carbon, l’excédent d’AAU, (unités de quantité attribuées), représente 13,1 milliards de tonnes sur la période 2008-2012. En gros, les engagements de réduction d’émissions sont absurdes par rapport aux émissions réelles. Car dans le même temps, la demande n’a représenté que 11,5 millions de tonnes!

Et d’ici 2020, le surplus devrait représenter 16,2 milliards de tonnes échangeables dans le cadre du protocole de Kyoto.

La Russie est le principal pays a avoir hérité d’un nombre considérable de crédits au regard de ses émissions: son excédent représente à lui seul 5,8 milliards de tonnes. Une situation qui décourage les pays les moins favorisés à s’engager dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Même en Europe, où l’engagement en faveur du climat est censé avoir été plus sincère que dans les pays de l’ex-URSS, les pays devraient se retrouver en 2020 avec plus d’AAU que nécessaire.

Un constat qui devrait inciter l’Europe à accélérer le rythme des réductions d’émissions, sur lequel il n’y a pour l’heure aucun consensus, principalement en raison de l’opposition farouche de la Pologne à un tel programme.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus