Le « super port » de Pasaia contesté

Le 30 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

  Le projet de « super port » de Pasaia (Pays basque espagnol) ne fait pas l’unanimité. L'étude d'impact révèle des conséquences non sans risques pour l’environnement, rappelle le journal Sud-Ouest ce jeudi 30 décembre.

Ce projet pharaonique de port extérieur débute le 31 octobre 2007, lorsque le président de l’autorité portuaire de Pasaia présente au conseil d’administration «  un programme de travail avec deux objectifs principaux : procéder à une régénération urbaine de la baie de Pasaia et doter la province de Gipuzcoa d’une infrastructure portuaire moderne », explique Grégory Le Moigno, chargé de mission Environnement à Surfrider foundation. Le Plan directeur d’infrastructures du port de Pasaia (PDIPP) dans lequel est explicitement détaillée la préconisation de création d’un super port extérieur a finalement été approuvé par le conseil d’administration le 7 novembre 2008.

Concrètement, ce projet consiste à déplacer les activités portuaires vers la mer, sur les flancs du mont Jaizkibel [1], qui se situe dans la province de Guipuzcoa, au Pays basque espagnol. «  Il s'agit de construire une plate-forme en béton d'au moins 100 hectares avec un bassin de même superficie, des docks de 2.700 mètres de long qui prendront leurs assises à 35 mètres de profondeur dans l'océan. L'accès depuis la terre se fera en creusant deux tunnels sous le Jaizkibel », explique Sud-Ouest.

Les falaises du Jaizkibel et du mont Ulia sont identifiées comme sites d’intérêt communautaire (SIC) dans le cadre du réseau Natura 2000. Mais la protection ne vaut que côté terre, le côté mer n’est donc pas concerné. Qu’à cela ne tienne. Les associations, comme Surfrider foundation, l'association hendayaise Action citoyenne environnementale (ACE) et le Collectif des associations de défense de l'environnement du Pays basque (Cade) se mobilisent pour que l'autorité portuaire et la chambre de commerce du Gipuzcoa retirent le projet. Selon elles, le projet touchera aussi bien la terre que la mer : «  Les dégâts causés côté mer influeront côté terre et vice versa. Les falaises du Jaizkibel abritent des espèces animales protégées et ces impacts directs auront de graves répercussions sur toute la côte basque », expliquent-elles. La construction et l'exploitation du port extérieur de Pasaia affecteront la totalité du littoral du Jaizkibel, de la Bidassoa et de son estuaire, des plages d'Hondarribia et d'Hendaye, ainsi que la pêche.

Le rapport d’étude d’impact environnemental du PDIPP met en évidence les conséquences du projet sur la géomorphologie, la végétation et la faune de fonds marins, mais aussi sur les écosystèmes adjacents environnementaux, «  même dans sa version la plus réduite », souligne Surfrider. La construction de ce projet risque également d’augmenter la pollution sonore marine et donc de perturber la faune aquatique de la zone côtière.

ACE et le Cade insistent pour que le droit de participer à toute consultation transfrontalière soit respecté, comme l'imposent les textes. «  Malheureusement, en cette fin décembre, l'enquête publique s'est achevée sans la participation officielle des associations environnementales concernées. En conséquence, ACE et le Cade sont contraints de participer non officiellement », note Sud-Ouest.

Les associations ont en outre constaté que les solutions alternatives n’ont pas été suffisamment étudiées : «  A aucun moment, il n'a été question de rénovation et de modernisation complète du port actuel avec une véritable gestion environnementale ».

Les travaux devraient commencer en 2013 et se terminer en 2022.



[1] Le mont Jaizkibel constitue le relief le plus occidental de la chaine des Pyrénées. Il représente la frange littorale séparant la commune frontalière de Hondaribia et la ville portuaire de Pasaia



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus