Le styrène pourrait être classé cancérogène

Le 05 septembre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La présence de deux enzymes dans le corps humain remet en cause le non classement du styrène dans la liste communautaire des substances cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR).

Selon l'Institut fédéral allemand pour l'évaluation du risque (BFR), le classement européen du styrène pourrait changer. Ce liquide principalement utilisé pour la production de plastiques (dont les polystyrènes) et de caoutchoucs est déjà classé inflammable, nocif par inhalation, et irritant pour les yeux et la peau. Mais ses effets CMR n'avaient pas encore été évalués par l'Union européenne qui a confié cette tâche à l'Allemagne. L'un des objectifs est de savoir si le caractère cancérogène du produit, prouvé dans le cas des souris, l'est aussi pour les hommes.

Le mécanisme qui entraîne l'apparition de tumeurs des poumons chez ces rongeurs implique deux enzymes qui transforment le styrène en oxyde de styrène, son principal métabolite, classé comme cancérogène probable chez l'homme(2A) par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). «Jusqu'ici, on supposait que les enzymes requises pour la conversion du styrène en oxyde de styrène n'étaient pas présentes chez l'homme ou pas en des quantités suffisantes pour permettre la formation des tumeurs. Les résultats des recherches expérimentales du BFR semblent indiquer que cette assertion pourrait être fausse», explique l'institut allemand dans un communiqué. Les enzymes en cause sont bien présentes dans les poumons humains. Conclusion: «Un effet tumorigène est aussi possible chez les hommes.»

Cependant, tempère Michel Falcy, adjoint au département études et assistance médicale de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), «les cellules pulmonaires de l'homme semblent avoir de meilleurs mécanismes de défense contre les oxydes de styrène que celles des souris. Elles les «détoxifieraient» très rapidement.»

Les scientifiques étudient par ailleurs d'autres risques comme celui de leucémie. «Certains travaux montrent une hausse des leucémies chez les travailleurs exposés au styrène, indique Michel Falcy. Toutefois, on retrouve chaque fois une co-exposition avec le butadiène, lui-même associé à l'apparition de leucémies.» Des effets cancérogènes du styrène pour les voies urinaires sont également redoutés.

Malgré l'absence de réponse claire concernant le caractère cancérogène de la molécule, la question du classement CMR de la molécule devient d'actualité. Car des soupçons relatifs à son caractère mutagène se précisent. «Cela apparaît nettement dans les dernières études expérimentales, même celles qui portent sur les cellules humaines», explique Michel Falcy.

Il faudra probablement attendre encore plusieurs mois avant de connaître le sort de la substance encore beaucoup utilisée par l'industrie. Si un classement est établi, les industriels et les autorités communautaires devront évaluer la possibilité de substituer le styrène par un produit moins dangereux, et renforcer les mesures de prévention.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus