Le stress hydrique fait peur

Le 08 juillet 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Après 10 années d'études, Fluxnet produit enfin ses premiers résultats. Mené par l'institut Max Planck, ce réseau mondial a pu quantifier les échanges liés au processus de photosynthèse à l'œuvre dans les écosystèmes. En clair, combien de carbone les plantes utilisent-elles pour produire de la biomasse ? Les chercheurs ont établi que la photosynthèse fixe 123 milliards de giga tonnes (109) de carbone par an (gTC/an), avec une marge d’erreur de +/- 6 %. Ces résultats sont conformes aux estimations précédentes.

 

Pour autant, l'étude a surtout permis de mieux préciser les contributions respectives de chaque écosystème. Il s’avère que les contributions à la photosynthèse des forêts tempérées et des prairies, par exemple en Europe, aux Etats-Unis et dans une grande partie de la Chine, sont moins importantes que prévu. A l’inverse, celles des zones de culture et des forêts boréales, comme en Scandinavie ou en Sibérie, sont plus élevées.

 

Les chercheurs ont également établi que pour 40 % des surfaces, la photosynthèse est influencée principalement par les précipitations. Autrement dit, sur ces surfaces, le « stress hydrique » de la végétation aurait une influence prédominante sur la capacité de photosynthèse. Il s’avère en outre que contrairement à ce qu’on le pensait jusqu’ici, les zones tropicales y sont moins sensibles et les zones tempérées, plus sensibles.

 

En clair, si comme le prévoit les climatologues, les températures moyennes progressent et le régime des précipitations change, les écosystèmes tempérés (dont les grandes cultures) seront plus vulnérables et les zones tropicales plus robustes que prévu.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus