Le stress au travail, nouveau fléau

Le 05 novembre 2004 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
stress travail3
stress travail3

Une étude de l'Institut français d'action sur le stress publiée ce mois-ci montre que plus d'un Français sur trois estime que son stress est lié à son activité professionnelle. Le phénomène frappe tous les pays européens au point qu'un accord entre partenaires sociaux vient d'être signé à l'échelle de l'Union.

Plus d'un Français sur trois estime que son stress est lié à sa vie professionnelle, selon une enquête de l'Institut français d'action sur le stress (Ifas) publiée ce mois-ci dans le mensuel "Enjeux-les Echos". Parmi les 13.000 salariés interrogés, 39,2% des hommes et 33,1% des femmes imputent au travail leur état de surmenage. 31,7% des femmes et 22,9% des hommes souffrent même de sur-stress, un niveau tel qu'il représente un risque pour la santé. L'étude révèle que les plus âgés et les non-cadres sont les plus touchés.

Le stress est un fléau professionnel que l'Europe a pris au sérieux récemment. Le 8 octobre dernier, les partenaires sociaux, après neuf mois de négociations ont conclu un accord sur ce thème. La Confédération européenne des syndicats (CES), l'Union des confédérations industrielles d'Europe (Unice), l'Union européenne de l'artisanat et des petites et moyennes entreprises (UEAPME) et le Centre européen de l'entreprise publique et des entreprises d'intérêt économique général (CEEP) se sont entendus sur une méthode d'identification et de gestion des problèmes de stress au travail. Il s'agit de promouvoir une communication interne clarifiant les objectifs de l'entreprise et le rôle de chaque salarié mais aussi de former les cadres et les employés à la compréhension du stress et à la détection de signes avant-coureurs. Les partenaires sociaux se sont engagés à mettre en oeuvre l'accord sans le concours d'un texte législatif de la Commission européenne. Et pour cause, de nombreux employeurs ont conscience des conséquences que le stress implique pour leurs entreprises, en particulier en terme de baisse de la productivité et de pertes pour cause de congés maladies.

En Europe, 28% des travailleurs se plaignent du stress au travail. L'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail a estimé, dans une étude publiée en 1999, que le stress professionnel génère 10% des problèmes de santé. Ainsi il coûte 20 milliards d'euros par an aux Etats membres et serait à l'origine de 50 à 60% de l'ensemble des journées perdues.

Une étude conjointe de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et du Laboratoire d'économie et de gestion (LEB) donne une évaluation pour la France à partir des chiffres de l'année 2000. 220.500 à 335.000 personnes, soit 1 à 1,4% de la population active étaient touchées par une pathologie liée au stress professionnel. Le coût social du stress est compris entre 830 et 1.656 millions d'euros. Ce qui représente 10 à 20% des dépenses de la branche accidents du travail et des maladies professionnelles de la Sécurité sociale.

Le stress engendre le plus souvent des pathologies comme la dépression, les maladies cardiovasculaires et les troubles musculosquelettiques.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus