Le stress au travail a coûté entre 2 et 3 milliards d’euros en 2007

Le 11 janvier 2010 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En 2007, le coût social du stress professionnel en France est estimé entre 1,9 et 3 milliards d’euros sur une population active de 27,8 millions de personnes, selon une étude menée par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) avec Arts et métiers ParisTech mise en ligne le 7 janvier (1).

Cette fourchette intègre les dépenses de soins, celles liées à l’absentéisme, aux cessations d’activité et aux décès prématurés. Mais «ces résultats ne sont qu’une évaluation minimale d’une réalité bien supérieure», relève l’étude.

En effet, les chercheurs n’ont retenu comme facteur de stress que le «job strain» (situation de travail tendue), qui combine une forte pression subie avec une absence d’autonomie dans la réalisation du travail. Le «job strain» ne représente «que» 24% des situations de travail fortement tendues pour les hommes et 37% pour les femmes. Manque de soutien social ou de reconnaissance n’ont pas été inclus dans l’étude, faute de données.

L’étude s’est restreinte à trois pathologies: maladies cardiovasculaires (infarctus, maladies cérébrovasculaires, hypertension…), dépression et certains troubles musculosquelettiques (TMS). Les chercheurs ont écarté les maladies immunitaires, allergiques, les désordres hormonaux ou certaines pathologies de la grossesse.

Surtout, ce coût ne prend pas en compte la valeur économique de la souffrance et la perte de bien-être générées par le stress, qui peuvent représenter jusqu’à deux fois les coûts des soins et des pertes de richesse, rappellent les chercheurs.

(1) «Le coût du stress professionnel en France en 2007», C. Trontin et al., INRS et Arts et Métiers ParisTech, en ligne le 7 janvier sur le site de l’INRS


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus