Le solaire se lève sur le Sénégal

Le 24 octobre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le solaire devrait générer 20% de l'électricité sénégalaise en 2017.
Le solaire devrait générer 20% de l'électricité sénégalaise en 2017.
DR

L’objectif est de produire 20% de l’électricité à partir des renouvelables dès l’an prochain.

La transition énergétique n’est pas seulement une affaire de pays riches. Dimanche 23 octobre, le Sénégal a mis en service sa première centrale photovoltaïque. Construite à Bokhol, dans le département de Dagana (nord), Senergy 2 affiche une capacité installée de 20 mégawatts crête (MWc). De quoi satisfaire aux besoins électriques de 160.000 personnes, estime-t-on à Dakar. Mais aussi éviter l’émission annuelle de 23.000 tonnes de CO2. Ce ne sera pas du luxe.

Un courant fortement carboné

Le bouquet électrique sénégalais est en effet très carboné: près de 9 électrons sur 10 sont générés par des centrales au fioul lourd ou des groupes électrogènes carburant au fioul domestique. Et le bilan carbone pourrait encore empirer. Malgré l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, le Sénégal prévoit toujours de faire construire trois centrales au charbon, à Bargny (près de Dakar), Kayar et Mboro (nord-ouest). Au total, 750 MW de capacités nouvelles pourraient être mises en service dans les prochaines années: un quasi-doublement de la puissance du parc de la Sonelec, l’électricien national.

3.000 heures de soleiL par an

Ces projets peuvent paraître aberrants dans un pays bénéficiant de 3.000 heures d’ensoleillement par an[1]. Une énergie que le gouvernement a décidé d’exploiter. Le président Macky Sall a fixé comme objectif que 20% de l’électricité sénégalaise soit d’origine renouvelable d’ici 2017. Dans les prochains mois, 5 nouvelles centrales photovoltaïques[2] devraient être raccordées au réseau pour une puissance totale de 124 MWc.

Le programme de la Banque mondiale

Voilà pour la première vague. La seconde pourrait déferler assez vite. Depuis le début de l’année, Dakar participe au programme Scaling Solar de la Société financière internationale (IFC). Le Sénégal projette de faire construire 200 MWc de capacités photovoltaïques. La filiale de la Banque mondiale propose, en regard, de faciliter la sélection des industriels qui construiront et exploiteront les futures centrales. Dans un pays où la demande d’électricité progresse de 8% par an, il faudra faire vite.



[1] En France, le niveau d’ensoleillement varie de 1400 h/an, en Bretagne, à plus de 2400 h/an en Provence.

[2] Malicounda, Santhiou Mekhé, Mérina Dakhar, Kahone et Diass.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus