Le solaire se couche pour Siemens

Le 23 octobre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sans Siemens, le projet Desertec pourrait capoter.
Sans Siemens, le projet Desertec pourrait capoter.

Le consortium allemand a annoncé, lundi 22 octobre, la mise en vente de ses activités dans l’énergie solaire.

La décision du groupe bavarois était assez prévisible. Récemment constituée, à coups de rachat d’entreprises concurrentes, telle Archimede Solar Energy ou Solel Solar Systems, sa division photovoltaïque est tombée en pleine période de dumping chinois. Elle n’a jamais eu l’occasion de générer les profits escomptés par les dirigeants de Siemens, malgré de bons résultats commerciaux. Ces 9 derniers mois, son chiffre d’affaires a bondi de 35%, quand ses bénéfices plongeaient de 34%.

Conséquence logique: l’entreprise se désengage du secteur, mais pas totalement. Elle continuera à fournir certains éléments de centrales photovoltaïques, plus dans son cœur de métier, comme des générateurs ou des systèmes de contrôle-commande.

Le recentrage de Siemens signifie probablement aussi l’arrêt du fantastique projet Desertec. Lancé en 2008 sous l’égide du Club de Rome, ce projet, mobilisant entreprises, agences gouvernementales, centres de recherche, vise à construire dans les déserts d’Afrique du Nord un important réseau de centrales éoliennes et solaires, capables de fournir en électricité le Maghreb et l’Europe.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus