Le soja GM, très chargé en glyphosate

Le 22 avril 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le soja GM, le plus imprégné de RoundUp
Le soja GM, le plus imprégné de RoundUp
DR

Le soja GM résistant au glyphosate, plus connu sous le nom de RoundUp, présente des niveaux très élevés de cet herbicide, selon une étude publiée dans la revue Food Chemistry.

 

Si les OGM ont souvent été présentés par leurs fabricants comme une opportunité de réduire l’usage de pesticides, c’est tout l’inverse qui s’est produit. Pour l’herbicide RoundUp, cela a conduit à la sélection de mauvaises herbes résistantes, conduisant ainsi les agriculteurs à en répandre des doses encore plus fortes, accélérant ainsi l’émergence de résistances. Au final, la plante GM se trouve bien plus imprégnée de l’herbicide que ses équivalents conventionnels –sans même parler du bio.

C’est ce phénomène que démontre l’étude publiée par Thomas Bøhn, de la Faculté des sciences de la santé à l’université de Trømso (Norvège), et ses collègues dans la revue Food Chemistry. Les chercheurs ont comparé la composition de 31 échantillons de soja produits dans l’Iowa, dont 10 de variétés GM, 10 de variétés non-GM issues de l’agriculture conventionnelle et 11 de variétés non-GM cultivées en bio.

Le soja GM présentait une concentration moyenne de glyphosate de 3,26 mg/kg, avec un maximum de 8,8 mg/kg. Quant à l’AMPA, métabolite du glyphosate, son taux moyen atteignait 5,74 mg/kg, avec un maximum à 10 mg/kg. Or en ajoutant le glyphosate et l’AMPA, sept des dix échantillons dépassaient le seuil de 5,6 mg/kg, que Monsanto avait lui-même qualifié, en 1999, d’«extrême», rappellent les auteurs. En revanche, aucune trace de glyphosate ou d’AMPA dans les échantillons de soja bio et, de manière plus surprenante, dans ceux de soja conventionnel.

Le meilleur profil nutritionnel du bio

Les chercheurs révèlent par ailleurs un meilleur profil nutritionnel dans le soja bio, plus riche en protéines et acides aminés essentiels que les variétés GM et conventionnelles, tout en étant allégé en acides gras saturés. La teneur en sucres (glucose, sucrose, fructose, maltose) était aussi plus élevée dans le bio que dans le conventionnel, dans le conventionnel que dans le GM.

Sans même intégrer les teneurs de glyphosate, les chercheurs étaient capables de distinguer les trois types de soja selon la composition nutritionnelle. De quoi remettre en cause le principe d’équivalence en substance appliqué aux OGM, en vigueur aux Etats-Unis, et qui y constitue un frein à l’étiquetage des denrées alimentaires contenant des OGM.

Que l’on parle ou non d’OGM, l’existence de différences de composition selon le type de culture continue à faire débat: en 2012, une étude américaine avait conclu qu’il n’y avait pas d’avantage nutritionnel à consommer du bio –si ce n’est que ces aliments étaient moins chargés en pesticides et moins à risque de bactéries antibiorésistantes. A l’inverse, une étude publiée en 2013 avait montré qu’un régime bio était bénéfique aussi bien en termes de fertilité que de longévité… chez la mouche!



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus