Le Sénégal chasse les navires étrangers de ses eaux territoriales

Le 04 mai 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La pêche est un secteur fortement pourvoyeur d'emplois au Sénégal.
La pêche est un secteur fortement pourvoyeur d'emplois au Sénégal.

Le nouveau gouvernement du Sénégal a suspendu les licences de 29 chalutiers étrangers, et leurs cargaisons devront être déchargées à Dakar avant de quitter les eaux d’Afrique de l’Ouest. La mesure était réclamée par des acteurs sénégalais de la pêche et par Greenpeace.

C’est Pape Diouf, le ministre sénégalais de la mer, qui a annoncé le 30 avril l’annulation des autorisations de pêche accordées jusqu'à maintenant à ces chalutiers étrangers. Ces deux dernières années, le précédent gouvernement avait conclu des accords permettant à des bateaux européens de pêcher moyennant 15 dollars la tonne de poisson. Les pêcheurs sénégalais se sont vivement opposés à cette mesure qui menace leur activité. Aujourd’hui, ils se sentent soulagés.

En 2006 déjà, le Sénégal avait rompu tout accord avec les flottes de l’Union européenne afin de protéger ses eaux territoriales et surtout l’activité des 52.000 petits pêcheurs du pays. Mais de nombreux navires ont réussi à détourner la législation en battant pavillon russe, lithuanien, marocain, ukrainien, mauricien, chinois, voire du Belize, de Saint Vincent et des Grenadines. Utilisant l’imagerie satellitaire pour pêcher, ces navires étrangers sont accusés d’avoir pillé les ressources halieutiques des eaux territoriales sénégalaises au cours des 10 dernières années.

Il faut dire que les pêcheurs locaux qui officient sur le littoral ne font pas le poids face aux bateaux usines étrangers, ne capturant que quelques tonnes de poissons par an contre plusieurs tonnes de poissons par jour pour les flottes industrielles. Résultat, face à une ressource qui se raréfie, les pêcheurs côtiers sont obligés de pêcher de plus en plus loin, en mer hauturière.

Le président Macky Sall, une fois élu, avait annoncé dans un discours à la nation qu’il allait revoir les conditions d’octroi des autorisations de pêche et lancer la lutte contre les bateaux pirates.

La pêche est la première activité exportatrice du Sénégal et l’un des principaux pourvoyeurs d’emplois du pays. Mais le secteur est en baisse régulière depuis quelques années à cause de la raréfaction de la ressource halieutique.

Le gouvernement de Macky Sall n’a pas précisé la durée de suspension des licences de pêche.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus