Le Sénat veut rétrocéder à la Polynésie les atolls nucléaires

Le 20 janvier 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La majorité sénatoriale a fait adopter, mercredi 18 janvier, le texte proposé par le sénateur socialiste Richard Tuheiava permettant de rétrocéder les atolls de Moruroa et de Fangataufa à la Polynésie française et d’associer les collectivités territoriales polynésiennes à leur réhabilitation environnementale.

«A l’époque, les deux atolls ont été confisqués pour raison d’Etat», a déclaré Richard Tuheiava. Cette proposition vise ainsi à appliquer la clause spéciale incluse dans la délibération du 6 février 1964 stipulant que dans la situation «de cessation des activités du centre d'expérimentation du Pacifique, les atolls de Mururoa et de Fangataufa feront d'office retour gratuit au domaine du territoire», alors que plus de 15 années se sont écoulées depuis l'arrêt définitif des essais nucléaires français.

S’opposant à la rétrocession des atolls, le sénateur UMP de Mortagne-au-Perche Jean-Claude Lenoir a expliqué: «L’activité du centre d’expérimentation du pacifique (CEP) ne s’est pas arrêtée avec les essais nucléaires. L’activité du Centre se poursuit».

Les 7 articles de la proposition de loi ont donc été adoptés en première lecture, les 7 amendements de suppression déposés par la majorité gouvernementale ayant été systématiquement rejetés par les groupes, socialiste, écologiste et communiste du Sénat.

La proposition de loi va maintenant être examinée à l’Assemblée nationale et devra sûrement être retoquée si l’examen a lieu avant les prochaines élections législatives.

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus