Le sénat défend le nucléaire durable

Le 26 février 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Ladislas Poniatowski a convaincu ses collègues de soutenir EDF.
Ladislas Poniatowski a convaincu ses collègues de soutenir EDF.
DR

La bataille pour la transition énergétique se transporte derrière les murs du Palais du Luxembourg. Dans la nuit de mardi à mercredi 26 février, une majorité de sénateurs s’est prononcé en faveur du statu quo énergétique. Ou presque.

A l’initiative du groupe UMP, 179 parlementaires (sur 349) ont adopté une résolution appelant à développer l’énergie nucléaire dans l’Hexagone. Le texte présenté par Jean-Claude Gaudin et Ladislas Poniatowski se prononce «en faveur de la prolongation de la durée d’exploitation du parc nucléaire actuel.»

Il souhaite aussi le remplacement partiel des «générateurs nucléaires de deuxième génération par des EPR» (deux fois plus puissants). Les sénateurs entendent aussi poursuivre les recherches sur la 4e génération de réacteurs : des surgénérateurs basés sur la technologie de Superphénix.

Multi-énergie, le sénat appelle au renouvellement rapide des concessions hydroélectriques «pour permettre de moderniser l’outil de production». Mais surtout aux collectivités de toucher une redevance «représentative de la rente des concessions amorties.»

Les renouvelables ne sont pas oubliées. La haute chambre recommande d’ailleurs de «soutenir la recherche» mais de s’interroger sur le coût du soutien au développement de nouvelles filières.

N’ayant aucune force de loi, ce texte caricatural au possible a le mérite de présenter l’état d’esprit des sénateurs à quelques mois des discussions parlementaires sur le projet de loi sur la transition énergétique.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus