Le Royaume-Uni veut créer des clusters du carbone

Le 04 octobre 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Essentiellement, une histoire de tuyaux.
Essentiellement, une histoire de tuyaux.
DR

Drax, Equinor et National Grid proposent de décarboner des vallées industrielles en conjuguant séquestration du carbone et production d’hydrogène.

 

Mutualiser les coûts, appliquer les principes de l’écologie industrielle. Le tout pour réduire à zéro les émissions carbonées d’un bassin industriel. Tels les sont les objectifs des promoteurs du projet de cluster climatique du Humber.

Situées au nord-est de l’Angleterre (nord du Yorkshire), les rives de ce vaste estuaire abritent des dizaines d’usines, de centrales électriques et de raffineries. Ensemble, ces installations émettent une douzaine de millions de tonnes de CO2 par an: la plus grande concentration d’émissions carbonées industrielle du royaume.

première mondiale

L’électricien Drax Power, le gestionnaire de réseau de gaz National Grid et le pétrolier norvégien Equinor (ex-Statoil) proposent de transformer cette zone industrielle en un véritable cluster carbone, sans doute le premier du genre dans le monde.

S’appuyant sur l’expérience en matière de captage, de transport et de séquestration du carbone de Drax, mais surtout d’Equinor, les trois entreprises proposent deux axes de décarbonation. Les gros émetteurs (dont la centrale de Drax) seraient équipés d’unités de captage. Le CO2 ainsi collecté serait transporté par gazoduc (spécialité de National Grid) vers des aquifères sous-marins, situés en mer du Nord.

de l'importance des tubes

Grâce au gaz naturel, toujours véhiculé par National Grid, les trois partenaires espèrent alimenter des unités de production d’hydrogène. Distribué par pipeline, ce vecteur énergétique peut servir à produire, proprement, de l’électricité et de la chaleur pour les installations industrielles. Le CO2 produit lors du craquage du gaz naturel serait, lui, injecté dans les «carboducs» de National Grid.

Les premiers systèmes expérimentaux de captage doivent être mis en service dès l’an prochain. Le déploiement complet du système couplant CSC et production d’hydrogène n’est pas prévu avant 2050. En attendant, Drax, National Grid et Equinor lorgnent sur d’autres vallées industrielles susceptibles d’adopter le même couplage de technologies bas carbone: le sud du Pays de Galle (8 MtCO2/an), Grangemouth (4 MtCO2/an), Teeside (3 MtCO2/an), Merseyside (2,6 MtCO2/an) et Southampton (2,6 MtCO2/an).