Le risque d’érosion côtière bientôt cartographié

Le 17 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les côtes de la mer du Nord sont parmi les plus touchées
Les côtes de la mer du Nord sont parmi les plus touchées

 

En déplacement à Cayeux-sur-Mer (Somme), le ministre de la mer Frédéric Cuvillier a annoncé une nouvelle stratégie pour lutter contre le risque d’érosion côtière. Cette stratégie repose principalement sur la cartographie du risque dans l’Hexagone.

 

Les habitants du littoral connaissent bien l’érosion. Depuis 20 ans, un quart des 7.000 kilomètres de côtes françaises métropolitaines sont rongés par la mer. Soit environ 1.720 km, situés en particulier dans le Pas-de-Calais, en Seine-Maritime, dans le Calvados et dans le Gard, selon l’Observatoire national de la mer et du littoral.

 

Ce grignotage progresse sous l’influence du vent, des vagues, des courants, du gel, de la pluie, de la nature des sols (1), mais aussi de la hausse du niveau de la mer.

 

L’érosion présente des risques importants pour les sols situés à proximité de la côte. Dans les zones sensibles se trouvent surtout, à moins de 250 mètres de la mer, des zones naturelles (48,5% des cas), souvent d’une grande importance écologique; mais aussi des sols urbanisés ou artificialisés (zones industrielles et commerciales, décharges, voies de communication) à hauteur de 25,9% et des terres agricoles ou arables (25,6%).

 

Quels risques à 10, 40 et 90 ans?

Non financée, la stratégie gouvernementale comporte deux mesures principales. Tout d’abord la réalisation de la première cartographie nationale du risque d’érosion d’ici la fin 2014, en vue de préciser les aléas à 10, 40 et 90 ans. Frédéric Cuvillier souhaite ensuite mener une politique intégrée, associant la lutte contre l’érosion aux mesures visant à réduire les risques d’inondations et de submersions marines, via les plans de prévention des risques littoraux.

 

L’objectif final étant de restaurer le fonctionnement des écosystèmes littoraux (zones humides, cordons dunaires, mangroves, récifs coralliens) qui entravent l’érosion de la côte.

 

(1)L’érosion est plus forte en zone sableuse qu’en zone rocheuse sauf pour les falaises calcaires

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus