Le retour du solaire thermodynamique

Le 03 octobre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
C’est demain, mardi 4 octobre, que le roi d’Espagne devrait inaugurer Gemasolar, une centrale solaire construite à proximité de Séville.
 
Achevée au printemps, après 29 mois de travaux, l’installation n’est pas banale. Il s’agit d’une centrale solaire thermodynamique, de taille industrielle, construite en Europe depuis des décennies. Reprenant une technologie élaborée dans les années 1970, et mise en œuvre avec la centrale française Thémis, Gemasolar est une centrale à tour. Son principe est simple: 2.562 héliostats, de 120 mètres carrés de surface, concentrent et renvoient la lumière solaire vers le haut d’une tour de plusieurs dizaines de mètres de haut, où est chauffé (à 500°C) un fluide caloporteur à base de sels fondus.
 
La vapeur produite par la chaleur fait ensuite tourner une turbine, laquelle entraîne un alternateur. La puissance installée de la centrale est de 19,9 mégawatts électriques. Mais son grand intérêt est de pouvoir grâce à ses sels fondus stocker, une quinzaine d’heure durant, l’énergie solaire. Contrairement aux centrales photovoltaïques, Gemasolar peut fonctionner à pleine puissance bien après le coucher du soleil ou sous une importante couverture nuageuse.
 
Selon Torresol Energy, son concepteur et exploitant, l’installation devrait produire des électrons durant 6.450 heures par an (une disponibilité de 73%, trois fois plus qu’un parc éolien), soit 110.000 gigawattheures.
 
Prototype, la centrale a nécessité un investissement de 250 millions d’euros.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus