Le retour du solaire à concentration

Le 18 mars 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une technologie ancienne qui connaît un nouveau souffle.
Une technologie ancienne qui connaît un nouveau souffle.

Les Emirats arabes unis (EAU) passent à l’acte.

Pays-hôte de l’agence internationales de l’énergie renouvelable (Irena), les EAU viennent d’inaugurer l’une des plus importantes (pour le moment) centrales solaires du monde.

Conçue par le tandem Abengoa Solar (Espagne) Total (France), Shams-1 est contrôlée à 60% par Masdar, entreprise émiratie dédiée aux énergies renouvelables. Les deux autres partenaires se partageant, à parts égales, les 40% restant de la co-entreprise. Coût total de l’installation: 600 millions de dollars (460 millions d’euros).

Originalité de cette centrale de 100 mégawatts crête: elle utilise des miroirs cylindro-paraboliques, l’une des technologies de solaire à concentration les plus développées. Répartis sur 2,5 kilomètres carrés, les 258.000 miroirs semi cylindriques de Shams-1 concentrent l’énergie solaire sur un tube contenant un fluide caloriporteur (une huile synthétique). Cette énergie sert ensuite à produire de la vapeur qui, concentrée, entraine une turbine électrique. La production maximale de la centrale émiratie devrait pourvoir aux besoins de 20.000 foyers.

D’autres technologies utilisent des héliostats qui renvoient l’énergie solaire concentrée vers le haut d’une tour où circulent des sels fondus. Cet autre fluide caloporteur transfère son énergie à un circuit d’eau, qui produit de la chaleur, laquelle fait tourner une turbine électrique. Un principe utilisé, entre 1983 et 1986, par EDF, sur sa centrale expérimentale Thémis de Targassonne (Pyrénées-Atlantiques).

D’autres systèmes utilisent des lentilles de Fresnel ou des concentrateurs paraboliques de type Stirling. A noter que seules les technologies cylindro-paraboliques et à tour peuvent être couplées à des systèmes de stockage de l’énergie, leur permettant d’étendre leur plage de production au-delà des périodes d’ensoleillement.

Fin 2012, on comptait 2.553 MW de capacités installées en fonctionnement dans le monde, plus de 430 MW en cours de construction et 1.530 doivent entrer en service d’ici à 2017.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus