Le retour de Nicolas Hulot: une OPA sur l’écologie politique?

Le 11 mai 2020 par Volodia Opritchnik
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pas de COP 26 pour Nicolas Hulot.
Pas de COP 26 pour Nicolas Hulot.
VLDT

Le retour de l’ancien ministre d’Etat dans le débat public masque la montée en puissance de barons écologistes. Au grand dam du candidat naturel d’EELV, Yannick Jadot.

La pandémie ne bouleverse pas seulement l’économie et les relations sociales. La politique ne sort pas indemne non plus de cette crise sans précédent. A commencer par les travaux parlementaires grâce auxquels, députés et sénateurs découvrent (pour certains) les joies du travail à distance.

Quelques dizaines d’élus ont décidé de surfer sur la vague verte. Supportant les attentes d’une partie de la population d’orienter l’économie vers le bas carbone, les membres du courant transpartisan «Accélérons la transition écologique» animent depuis quelques semaines un site internet sur laquelle les internautes imaginent comment verdir l’économie. Les meilleures idées serviront,  assurent les organisateurs, de base à une plateforme politique.

Le pacte du pouvoir de vivre

La société civile n’est pas en reste. Le 30 avril, les 55 ONG et syndicats à l’origine du Pacte du pouvoir de vivre ont rappelé, dans une lettre ouverte au gouvernement, que le déconfinement devait être synonyme de transformations «sociale», «écologique» et «économique». Rappelons que la principale organisation adhérent au Pacte n’est autre que la CFDT, dont est proche un certain … Nicolas Hulot.

On le croyait fâché avec la politique. On avait tort. La semaine passée, l’ancien numéro deux du gouvernement sortait du bois. A coups de site internet et d’interviews dans de grands médias, Nicolas Hulot a rabâché ses 100 principes de vie écolo et 5 grandes propositions. Une façon de se replacer au cœur d’un débat public en manque de leadership.

un groupe parlementaire

Reste à savoir si l’ancien animateur de télévision convaincra le monde politique. Ce n’est plus incertain. Le 8 mai, Les Echos annonçaient le lancement imminent d’un nouveau groupe politique à l’assemblée nationale. Déjà baptisé Ecologie démocratie solidarité, il pourrait rallier une soixantaine de députés, parmi lesquels les ex-LREM Matthieu Orphelin, Aurélien Taché, Guillaume Chiche ou l’ancienne socialiste Delphine Batho. Des rumeurs font aussi état d’une possible arrivée de Cédric Villani, récemment exclu de LREM, après sa candidature sauvage aux élections municipales, à Paris. Dans une autre vie, Matthieu Orphelin était le porte-parole de la Fondation ... Nicolas Hulot.

Si la création de ce neuvième groupe de députés se confirmait, il signerait la fin de l’hégémonie à l’Assemblée nationale du parti créé par Emmanuel Macron. Il pourrait surtout constituer le réseau de parlementaires qui a toujours fait défaut à Nicolas Hulot du temps où il occupait l’hôtel de Roquelaure.

L’irruption du créateur d’Ushuaïa ne fait pas les affaires de Yannick Jadot. Même s’il s’en défend, le député européen écologiste marche sur les plates bandes de son rival: «ce que dit Nicolas Hulot ne m’assèche pas du tout le terrain», feint-il de croire dans un entretien accordé au Monde.

D’autant que l’ancien candidat à la présidentielle voit certains barons écolos contester son autorité. On pense naturellement au jeune secrétaire national d’EELV, Julien Bayou. On pense aussi au bouillant maire EELV de Grenoble, Eric Piolle. Un ancien entrepreneur qui commence à caresser l’idée d’une candidature à la présidentielle de 2022.