Le resvératrol, efficace seulement chez les obèses

Le 07 novembre 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Efficace selon pour les obèses.
Efficace selon pour les obèses.

Le resvératrol, composé du vin rouge vendu sous forme de compléments alimentaires, n’aurait de bénéfice métabolique que chez les personnes obèses ou diabétiques, pas chez celles en bonne santé, selon une étude américaine publiée dans la revue Cell Metabolism. Présente dans la peau du raisin noir, cette molécule est souvent présentée comme à l’origine du «French Paradox», à savoir la moindre mortalité cardiovasculaire des Français malgré une alimentation riche, phénomène qui s’expliquerait par la consommation de vin rouge. Ce qui lui vaut un grand succès commercial sous forme de compléments alimentaires, notamment aux Etats-Unis, où ses ventes annuelles s’élèvent à 30 millions de dollars (23,5 millions d’euros).

Or, si le resvératrol semble bien efficace en cas d’obésité ou de diabète, rien ne prouve qu’il le soit lorsque ces troubles métaboliques sont absents. Une divergence déjà trouvée chez la souris, que l’équipe de Samuel Klein, de la Washington University School of Medicine de Saint Louis (Missouri), vient de mettre en évidence chez l’homme. Menée pendant 12 semaines sur 29 femmes non obèses et non diabétiques, dont 15 sous resvératrol et 14 sous placebo, cette étude en double aveugle ne montre aucune différence en termes de masse graisseuse, rythme cardiaque, marqueurs d’inflammation, taux de glucose, taux de lipides ou résistance à l’insuline -marqueur précoce du diabète.

Le resvératrol semble même biologiquement inactif chez ces personnes: aucun de ses prétendus gènes cibles, qu’il activait lors d’études chez des souris obèses, ne voit son expression modifiée par rapport au groupe contrôle. «Il est possible que le resvératrol n’apporte d’améliorations que chez les personnes obèses ou souffrant de troubles métaboliques, pas chez les non-obèses présentant une bonne tolérance au glucose [autre marqueur de diabète, ndlr]», commentent les chercheurs.

Quant au French Paradox, le resvératrol n’est probablement pas le seul composé du vin rouge à entraîner des bénéfices cardiovasculaires. En début d’année, le resvératrol a fait l’objet d’un scandale scientifique aux Etats-Unis: il semble avéré que l’un des pionniers de cette recherche, Dipak K. Das de l’University of Connecticut Health Center (Farmington), a truqué les résultats de 26 études publiées, sur une période de 7 ans. Une enquête est toujours en cours au sein du Bureau américain d’intégrité de la recherche.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus