Le Réseau info énergie renforce ses troupes

Le 12 décembre 2006 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
PIE
PIE

La consolidation du Réseau info énergie annoncée par Dominique de Villepin début novembre semble plutôt bienvenue. Victimes de leur succès, les structures existantes croulent sous les demandes du public. Sauf à Paris.

Sensibiliser le public aux économies d'énergie: c'est l'ambitieux défi lancé en 2001 au Réseau info énergie lors de sa mise en place par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Avec l'idée que 50% des consommations d'énergie et des émissions de CO2 sont imputables aux ménages, l'Ademe a souhaité créer un service d'information de proximité, indépendant et gratuit, susceptible d'aider les particuliers à faire des économies d'énergie.

Cinq ans plus tard, le bilan est encourageant. En 2005, selon l'Ademe, plus d'un million de personnes ont été informées, conseillées ou sensibilisées. Mieux: 6 mois après avoir pris contact avec un EIE (Espace info énergie), 1 particulier sur 4 aurait pris une «décision d'action» (isolation du logement, changement de mode de déplacement…) et plus de la moitié des autres poursuivraient l'élaboration de leur projet.

Fin 2003, l'Ademe, qui contribue au financement des EIE à hauteur de 5 millions d'euros par an (un tiers du financement) (1), avait consolidé le réseau en renforçant le maillage territorial et l'organisation du réseau. En 2004, l'activité des EIE s'accélérait, suite au succès de la campagne nationale «Faisons vite, ça chauffe». Résultat? De 123 conseillers répartis dans 79 espaces en 2001, le réseau est passé fin 2006 à 500 conseillers pour 300 espaces.

«Selon les espaces, les conseillers sont plus ou moins débordés, explique Jacques Ravaillault, directeur de l'action régionale de l'Ademe. Auparavant, une partie du temps de travail servait à faire connaître le réseau auprès du grand public. Aujourd'hui, avec des entretiens personnalisés qui durent en moyenne 27 minutes, les conseillers ne peuvent plus répondre à toutes les sollicitations.» Les EIE, victimes de leur succès? En quelque sorte. «A cela s'ajoute le fait que le personnel des EIE pâtit souvent d'un manque de formation, souligne Jacques Ravaillault. Les demandes des particuliers sont parfois très précises et requièrent un savoir technique que seuls des spécialistes peuvent détenir.»

A tout nouvel arrivant, l'Ademe propose donc de suivre un bref cycle de formation. Et les moyens supplémentaires annoncés le 13 novembre dernier par Dominique de Villepin lors de l'actualisation du Plan climat sont bienvenus. Certains espaces comptent en profiter pour recruter en 2007 de nouveaux conseillers. Si le doublement annoncé des espaces est peu propice –le maillage territorial est déjà dense-, le besoin de moyens humains, lui, est criant. Des agglomérations comme Marseille, ou Toulouse –où seuls deux conseillers se partagent le travail- manquent cruellement de personnel.

Reste la situation de Paris intra-muros, plutôt atypique. Aujourd'hui, la ville compte dix espaces qui couvrent les vingt arrondissements parisiens. «On considère le grand public comme un particulier vivant dans une résidence principale et disposant d'équipements de chauffage individuels, souligne Claire Renucci,  chargée de communication de quatre espaces parisiens. Or, à Paris,  la problématique est différente. Le particulier se retrouve généralement tributaire d'un bailleur ou d'un syndic de copropriété sans lequel il ne peut engager sérieusement des travaux d'amélioration.» D'où un champ d'action très limité, un personnel assez nombreux et un public…plutôt propriétaire de résidences secondaires. Les postes de conseillers EIE, souvent précaires, gagneraient à être plus lisibles auprès du public. «Ce qu'il nous faudrait, c'est le trafic spontané du public et une reconnaissance de la ville», estime t-elle. A bon entendeur...



(1) Outre le financement de l'Ademe, les activités du Réseau info énergie bénéficient de soutiens financiers des conseils régionaux, généraux et d'autres collectivités locales ainsi que de partenaires locaux.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus