Le référendum raté de l’Italie sur les plates-formes offshore

Le 18 avril 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le référendum sur les plates-formes offshore se tenait dans 9 régions côtières d'Italie.
Le référendum sur les plates-formes offshore se tenait dans 9 régions côtières d'Italie.

13 millions d’Italiens ont dit non à l’exploitation, sans limitation de durée, des 92 plates-formes produisant des hydrocarbures au large de leurs côtes. Une opposition franche, nourrie aux querelles politiques internes et à des inquiétudes écologiques réelles, qui n’a pas suffi à renverser la table. Le quorum n’étant pas atteint, le référendum est sans effet.

Un référendum était organisé dimanche 17 avril dans 9 régions d’Italie, pour abroger une loi entrée en vigueur en janvier 2016, qui autorise les titulaires des permis à les exploiter jusqu’à épuisement du gisement. Une votation sous haute tension politique entre le gouvernement de Matteo Renzi et les ‘frondeurs’ de son parti, mais aussi avec une partie de l'opposition de droite et du mouvement 5 Etoiles de l'ex-comique Beppe Grillo. La dimension écologique était également forte, puisque le pays ne compte pas moins de 92 plates-formes en production à moins de douze milles (22 km) de ses côtes, tant dans l’Adriatique que la Méditerranée. 

Quorum non atteint

16 millions d’Italiens se sont déplacés: 85,8% ont voté ‘oui’ pour dire non à cette loi qui donne aux compagnies pétrolières le droit de prolonger de plusieurs dizaines d’années des plates-formes dont certaines ont déjà 40 ans. Mais le quorum de 50% (et une voix) indispensable pour que le référendum fasse effet n’a pas été atteint: 31,8% des inscrits ont effectivement voté. Les permis initialement attribués pour une certaine durée seront désormais exploités jusqu’à épuisement des gisements.

1% de la consommation nationale

«La démagogie ne paie pas, a réagi Matteo Renzi, qui avait appelé à bouder ces élections. Je lève mon verre aux 11.000 travailleurs des plates-formes pétrolières qui n’ont pas perdu leur emploi.» Beppe Grillo a accusé le Premier ministre d'être «du côté des pétroliers» et de «défendre le système et les intérêts des lobbies, des banquiers et des bureaucrates européens». L'Italie importe 90% de ses besoins énergétiques. La production pétrolière dans la zone maritime des 20 km représente actuellement 1% de la consommation de la Péninsule et la production gazière 3% de la consommation du pays.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus