Le recyclage plastique flambe

Le 02 décembre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
plastique
plastique

Les collecteurs et régénérateurs de plastiques usagés n’ont jamais vécu une telle situation: les cours flambent. Le marché est soutenu par la hausse du pétrole brut et la demande croissante des pays émergents.

Selon Olivier Raudin, président de la section plastique de la Fédération française pour le recyclage et la récupération (Federec), la tonne de plastique de la qualité la plus recherchée atteint désormais 200 euros la tonne. Selon les catégories, la hausse depuis le début de l'année 2004 est de 10 à 20%: «nous, collecteurs, nous nous sommes rapprochés des régénérateurs pour étudier ensemble comment nous pouvons éviter la pénurie, avoue Olivier Raudin. Des usines manquent de matière».

Le cours du pétrole est la principale raison de cet attrait puissant pour les ballots de plastique recyclé. De nombreuses PME ont compris l'intérêt de cette matière: «pour ma production de tapis de feutre pour voitures, j'ai une source de matière pérenne et surtout d'un coût beaucoup moins volatil que celui du pétrole», explique ainsi cet industriel milanais qui s'approvisionne auprès des collecteurs français via Valorplast, la filière spécialisée agréée par Eco-emballages.

L'accroissement de la demande des pays émergents induit elle aussi une hausse des prix. Le Sud-Est asiatique et principalement la Chine, mais aussi l'Inde, sont à la recherche de granulés sur tous les marchés produisant à partir de recyclage: «nous en arrivons à la situation où nous tentons de privilégier d'abord le marché européen», assure Olivier Raudin. Le secteur n'est absolument pas préparé à une telle demande.

La France récupèrera en 2004 environ 400.000 tonnes de plastiques, provenant pour moitié de chutes industrielles et pour l'autre moitié issues des ménages. Ces volumes devraient fortement augmenter en 2005. Les récupérateurs comptent sur l'application de la directive européenne sur les véhicules hors d'usage (VHU) qui devraient apporter en Europe 450.000 tonnes de plastiques supplémentaires. La directive sur les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) pourrait générer 150.000 tonnes dès 2005 bien que sa mise en oeuvre effective n'intervienne qu'en août prochain: «ce sont des évaluations car nous n'avons aucune étude sérieuse sur le gisement, avoue Olivier Raudin. Nous engageons pour fin 2005 une étude économétrique sur les flux de plastiques usagés». La seule estimation fiable est donnée par Eco-emballages: «les 200.000 tonnes triées par les ménages en 2004 représentent 17,5% du gisement, assure Bernard Hérodin, directeur général d'Eco-emballages. En 2008, nous devrions atteindre 21,5% soit un point de moins que l'objectif que nous assigne la directive européenne».

Le secteur de la collecte connaîtra une petite révolution au 1er janvier 2005. Valorplast ne sera plus la seule filière agréée. Les adhérents de Federec-Plastique pourront démarcher les collectivités locales: «cette arrivée ne devrait pas chambouler les choses, estime Bernard Herodin. L'accord avec les industriels du recyclage comporte des clauses de prix minimum, d'obligation de collecte de proximité, de traçabilité des plastiques collectés». Aujourd'hui, Valorplast gère 95% des plastiques triés par les ménages. L'an prochain, la part des adhérents de Féderec devrait nécessairement croître. Et ce d'autant plus que le prix de vente de la tonne de plastiques sera élevé.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus