Le recyclage des emballages tourne au ralenti

Le 15 avril 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un tiers des centres de tri à l'arrêt
Un tiers des centres de tri à l'arrêt

Un tiers des centres de tri d’emballages ménagers sont fermés en France, selon l’éco-organisme Citeo. La collecte des déchets de verre reste assurée à 90%, celle des emballages légers à 75%.

 

Collectés ou non, triés ou stockés, recyclés dans le meilleur des cas… Les déchets ménagers recyclables prennent actuellement des chemins différents selon les gestionnaires de déchets et les exploitants d’installations. 62 centres ont été mis à l’arrêt[1] pour un total de 177 installations en métropole et en outre-mer. Soit 35% du parc mais 30% des capacités de traitement, selon l’état des lieux publié le 9 avril par l’éco-organisme Citeo.

112 centres ont maintenu leur activité, dont 27 de façon réduite à cause de la baisse des collectes et du personnel présent sur les chaînes tri, pour respecter les distances de sécurité. Au total, les unités en fonctionnement représentent 67% des capacités de traitement. «Nous observons une tendance à la réouverture de centres depuis le début de la semaine, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes», a complété Citeo ce 15 avril.

En Ile-de-France et Hauts-de-France

Géographiquement, les centres de tri sont surtout fermés en Ile-de-France (environ les deux tiers), Hauts-de-France (la moitié) et Occitanie (environ 40%). En outre-mer, tous les centres fonctionnent, sauf celui de Martinique (qui devrait redémarrer dans une dizaine de jours) et un en Guyane.

Collectes réduites

Par ailleurs, la collecte du verre est maintenue dans 90% des cas (91% des tonnages), selon une estimation de Citeo basée sur 90 collectivités importantes. Pour le reste, elle est partielle (8% des cas et 6% des tonnages) ou totalement arrêtée (2% des cas et 3% des tonnages).  

Pour les emballages légers, la manne est plus réduite. Elle est en effet maintenue dans 75% des cas (66% des tonnages), partielle dans 14% des cas (24% des tonnages) à cause de l’arrêt de la collecte en porte-à-porte dans certaines zones et totalement arrêtée à hauteur de 11% (9% des tonnages) à cause de la fermeture des centres de tri.

Bonnes pratiques en Europe

Bon an, mal an, le recyclage des déchets d’emballages poursuit donc ses activités au ralenti. Ce qui correspond aux lignes directrices de la gestion des déchets, publiées le 14 avril par la Commission européenne.  Pour protéger au mieux la santé humaine et l’environnement, Bruxelles affirme en effet la nécessité d’assurer la continuité des services municipaux, y compris pour la collecte séparée et le recyclage des déchets, «afin de maintenir une économie la plus circulaire possible» et «d’approvisionner les entreprises en matières recyclées». Un document qui précise aussi les règles techniques applicables aux établissements de santé et aux professionnels des déchets. Et pour aller plus loin en matière d’économie circulaire, les collectivités ont tout intérêt à s’inspirer des bonnes pratiques pendant la pandémie, compilées par l’association des cités et régions pour la gestion durable des ressources (ACR+).

 



[1] Auxquels s’ajoutent 3 centres fermés pour travaux