Le réchauffement de l'Arctique refroidit l'Europe

Le 28 février 2012 par Geneviève De Lacour
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Europe a connu d'importantes chutes de neige cet hiver
L'Europe a connu d'importantes chutes de neige cet hiver

La fonte des glaces dans l'océan Arctique, due au réchauffement climatique, pourrait expliquer les hivers fortement enneigés et froids de ces dernières années en Europe et dans certaines autres parties de l'hémisphère nord. C'est ce que révèle une étude américaine publiée lundi 27 février dans les annales de l’Académie des sciences américaines (Pnas).

Cette étude n’est pas la première qui porte sur l’effet de la fonte des glaces arctiques sur le climat. Mais de nouvelles observations et modélisations ont permis aux équipes de l’Institut de technologie de Géorgie (Etats-Unis) et celui de physique de l’atmosphère de Pékin (Chine) d’élucider les mécanismes qui relient ces deux phénomènes.

Depuis que la superficie de la banquise est tombée à un niveau record en 2007, de vastes régions du continent européen, d'Amérique du Nord et de la Chine ont connu d’abondantes chutes de neige, nettement plus abondantes que la normale, soulignent l’équipe américano-chinoise. D’ailleurs différents modèles estiment que la couverture de glace arctique estivale et automnale pourrait avoir complètement disparu entre 2016 et 2060.

Durant les hivers 2009-2010 et 2010-2011, l'hémisphère nord a enregistré ses deuxième et troisième plus fortes accumulations de neige répertoriées.

Les données recueillies de 1979 -début des observations par satellite- à 2010 montrent une diminution d'un million de kilomètres carrés (-29,4%) de la superficie des glaces de l'océan Arctique en automne, soit près de deux fois la superficie de la France, précisent les scientifiques de l'Institut de technologie de Géorgie.

En parallèle, une couverture neigeuse hivernale nettement plus élevée que la normale a été observée dans le nord-est des Etats-Unis, le nord-ouest et le centre de l'Europe, ainsi que le nord de la Chine.

«La diminution des glaces de l'océan Arctique est liée à des changements dans la circulation atmosphérique de l'hémisphère nord en hiver», souligne Judith Curry, principale auteure de cette communication.

Quel est le phénomène en jeu? Lorsque la couverture de glace sur l’océan Arctique diminue en automne, cela libère de la chaleur qui réchauffe l’atmosphère et réduit d’autant le gradient thermique qui existe entre les zones polaires et l’océan Atlantique.

Cette baisse de gradient provoque un affaiblissement du Jet stream nord qui normalement apporte un air doux et humide vers l’ouest. Cette situation de blocage atmosphérique laisse la possibilité à des masses d’air froid d’entrer et de refroidir l’Europe.

Selon la scientifique américaine, «ces modifications de circulation de l'air favorisent des zones stagnantes de haute pression atmosphérique centrées sur l'Atlantique qui bloquent le flux d'air chaud venant d'ouest et provoquent un flux d'air polaire et de fortes chutes de neige sur l'Europe et le nord-est de l'Amérique du Nord».

Grâce à cette étude, qui conforte les résultats d'autres recherches, les prévisions météorologiques saisonnières pourraient être améliorées, selon les auteurs.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus