Le réchauffement climatique ressenti dès les années 1940

Le 23 septembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les épisodes climatiques extrêmes sont bien là
Les épisodes climatiques extrêmes sont bien là

Quand les premiers signes du réchauffement climatique sont-ils apparus? Probablement dès les années 1940 dans certaines régions d’Australie, d’Afrique et d’Asie du Sud-est, selon une étude de modélisation publiée dans la revue Environmental Research Letters.

Depuis l’ère pré-industrielle, la température moyenne de la planète s’est élevée de 0,9°C. A partir de quand cette évolution est-elle devenue palpable? Pour les températures comme pour les précipitations, tout dépend si l’on parle d’une situation moyenne ou d’épisodes extrêmes.

Moins sujette aux variations, la température moyenne s’élève en premier. A ce jour, il n’existe désormais nul endroit sur le globe où elle ne soit pas significativement différente de son état pré-industriel. La situation est en revanche plus compliquée en ce qui concerne les épisodes extrêmes, enclins à une plus grande variabilité.

L’équipe de Sarah Perkins (centre de recherche sur les changements climatiques à l’université de Nouvelle-Galles du Sud de Sydney) a tenté de définir quand l’impact du réchauffement s’est fait sentir en matière d’extrêmes climatiques. Fruit de modélisations, les résultats de leur étude -la première de ce type- révèlent que tout dépend de la région, aussi bien en matière de températures que de précipitations.

Seuls les Etats-Unis résistent

Selon les chercheurs, les premiers indices d’extrêmes thermiques plus marqués pourraient être apparus dans les régions tropicales et équatoriales dès les années 1960, voire dès la décennie 1940 en certains points d’Afrique, d’Asie du Sud-est et d’Australie. En raison d’une plus forte variabilité, le phénomène n’apparaît que plus tard dans les zones tempérées, au cours de la période 1980-2000.

De nos jours, plus aucun point du globe ne semble épargné par les effets du réchauffement sur les extrêmes thermiques. A quelques exceptions près, dont la côte Est des Etats-Unis, où les extrêmes n’excèdent pas encore la variation naturelle. L’état de grâce pourrait bientôt s’achever, l’équipe prévoyant un tournant au cours de la décennie 2020 aux Etats-Unis.

Le risque semble plus éloigné pour les précipitations: les chercheurs révèlent certes une hausse des extrêmes, mais qui ne dépasserait la variation naturelle. Dans la plupart des régions, cette transition pourrait ne pas se produire avant la fin du siècle. A l’exception de la Russie, du Canada et du nord de l’Europe, où l’effet réchauffement s’affirmera au cours des 10 à 30 prochaines années pour les précipitations hivernales.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus