Le réchauffement climatique préoccupe moins les Français

Le 16 mars 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Fukushima a changé la donne
Fukushima a changé la donne

Que pensent les Français de l’environnement? Le Commissariat général au développement durable (CGDD) a publié, ce 15 mars, le baromètre annuel de leurs opinions. Surprise: les catastrophes naturelles représentent désormais la première préoccupation environnementale des Français, ex-aequo avec la pollution de l’air.

Fukushima a laissé des traces dans l’Hexagone. Près de 20% des ménages estiment que c’est leur première préoccupation. Un chiffre en hausse de 12 points depuis 2008.

La pollution de l’air obtient le même score, tandis que le réchauffement climatique dégringole dans l’enquête. Alors qu’en 2008, il s’affichait comme la préoccupation majeure de 34% de Français, il n’est plus cité que par 18% des sondés. Il représente toutefois la troisième plus grande inquiétude.

L’étude liste ensuite la pollution de l’eau, des rivières et des lacs (17% des Français), l’augmentation des déchets des ménages (13%), la disparition de certaines espèces végétales ou animales et la gêne occasionnée par le bruit (5%).

Le CGDD, qui s’intéresse aussi à l’évolution des pratiques environnementales, révèle une prise en compte croissante, par les Français, des critères environnementaux lors de leurs achats. Ainsi, deux tiers des Français disent faire attention à la distance parcourue par le transport des fruits, des légumes et des viandes au moment de leur choix. Le résultat est inférieur lorsqu’il s’agit de produits non alimentaires (57%). Lors des achats, 57% des ménages affirment aussi être attentifs à la quantité de déchets générés.

Le baromètre montre que l’acte le mieux associé à la «consommation responsable» est, pour 54% des Français, d’acheter ce qui est nécessaire et d’éviter le gaspillage. 23% des ménages citent aussi l’achat de produits locaux pour favoriser l’emploi et réduire leur transport.

Le choix de produits portant un label écologique augmente très légèrement (+2 points par rapport à l’année précédente). Il touche 45% des Français.

 En matière de logement, une personne sur trois estime toujours que son logement est mal isolé contre le froid et la chaleur (résultat stable depuis 2008). Pour autant, les Français sont de moins en moins enclins à lancer des travaux pour améliorer l’efficacité énergétique. 43% y étaient favorables il y a trois ans, contre seulement 35% aujourd’hui.

Le réflexe d’économiser l’énergie s’avère mieux ancré. Plus de deux personnes sur trois déclarent baisser le chauffage ou la climatisation en vue de limiter leur consommation énergétique.

Le taux d’équipement en lampes fluo-compactes progresse régulièrement. 81% des ménages en ont doté leur logement, contre 63% seulement en 2008. La disparition progressive des ampoules à incandescence, lancée en 2009, y est sans doute pour beaucoup.

La voiture reste le transport n°1 des Français pour se rendre à leur lieu de travail ou d’études. Son usage à titre exclusif baisse toutefois de 3 points depuis 2008, pour concerner 30% des Français en 2011. Inversement, le recours aux transports en commun augmente (+ 4 points en 3 ans).

Comment encourager les Français à moins utiliser leur voiture? 22% des ménages interrogés citent l’amélioration des transports en commun (proximité, fréquence, sécurité, confort), puis la hausse du coût d’utilisation automobile (entretien, carburant, assurance, stationnement, péage), enfin des transports en commun moins chers et des pistes cyclables plus nombreuses et plus sûres. A bon entendeur…

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus