Le réchauffement climatique favorise l’altération des roches

Le 10 septembre 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le rivière Snake, dans les Rocheuses est surveilllée depuis 30 ans
Le rivière Snake, dans les Rocheuses est surveilllée depuis 30 ans

Aux Etats-Unis, dans les montagnes Rocheuses, les scientifiques ont constaté que les concentrations en zinc et autres métaux ont tendance, depuis les années 1980, à augmenter rapidement dans les rivières. Le phénomène serait dû à la fois à la baisse du niveau d’eau, à la fonte du permafrost mais aussi à l’accélération du phénomène d’altération des roches. Or, ce dernier facteur est lié à l’augmentation des températures au niveau de la zone de battement de la nappe phréatique, directement corrélé à l’élévation globale des températures.

Les scientifiques de l’US Geological Survey (USGS), le bureau géologique américain, ont constaté une multiplication d’un facteur quatre des concentrations en zinc dans les cours d’eau des Rocheuses, au cours des 30 dernières années et notamment pendant le mois de septembre.

Pourquoi en septembre? Pendant les autres mois de l’année, l’augmentation est bien réelle mais dans des proportions moindre. En fait, il s’agit de la fin de la période de fonte des neiges.

Les géologues ont ainsi découvert que les taux élevés de zinc dissous dans les eaux de la rivière sont liés au lessivage des roches et notamment à l’altération de la pyrite -un minerai de fer qui contient souvent des traces de zinc- tout comme l’altération d’autres minéraux soufrés de la roche mère. En se dégradant, la pyrite, par une succession de réactions, produit de l’acide sulfurique qui remobilise les minéraux de la roche, facilitant ainsi le transport des métaux vers la rivière.

Au cours des 30 dernières années, les scientifiques de l’USGS ont d’abord constaté une augmentation des niveaux de sulfate et de calcium dans le milieu naturel. Ce qu’ils considèrent comme un indice supplémentaire prouvant l’accélération de l’altération de la pyrite. Des réactions chimiques qui ne sont pas sans conséquence sur l’écosystème. Les truites, par exemple, sont très sensibles aux concentrations en zinc du milieu.

Et si, selon ces résultats, le réchauffement climatique favorise la remobilisation des métaux dans le milieu, le phénomène a une influence directe sur les objectifs de dépollution… de plus en plus difficiles à atteindre.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus