Le radon peut causer des cancers de la peau

Le 22 juin 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le risque radon en France
Le risque radon en France
IRSN

Deuxième cause de cancer du poumon après le tabac, le radon pourrait aussi provoquer des cancers de la peau, révèle une étude suisse publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

Naturellement présent dans les régions à sol granitique ou d’origine volcanique (Bretagne, centre de la France, Alpes, Vosges, Corse), ce gaz radioactif serait à l’origine de 2,2% à 12,4% des cancers du poumon, rappelle l’Institut national du cancer (Inca). Or il pourrait aussi être lié au cancer de la peau, révèle une étude suisse.

Après l’Australie et la Nouvelle-Zélande, la Suisse est le troisième le plus touché au monde par ce cancer, avec une incidence annuelle de 20,3 cas pour 100.000 personnes -contre 35,8 cas pour l’Australie. Loin devant la France, qui se situe à 10,2 cas pour 100.000 personnes par an.

Contrairement au poumon, l’irradiation de la peau par le radon est de nature externe: ce gaz s’attache aux particules présentes dans l’air, qui adhèrent elles-mêmes à la peau par électrostatisme. La peau est ainsi le deuxième organe exposé au radon, à raison de 25 milliSievert par an pour une dose de 200 Bq/m3, contre 97 mSv/an pour le poumon.

Or outre une plus grande exposition des Suisses aux rayons ultraviolet, du fait de l’altitude, ce pays présente une plus grande exposition au radon, rappellent Danielle Vienneau, épidémiologiste à l’Institut tropical et de santé publique suisse de Bâle, et ses collègues. Analysant 5,2 millions de Suisses, les chercheurs ont examiné l’éventuel lien entre exposition au radon (selon le lieu d’habitation) et la mortalité par cancer cutané.

Même sur-risque qu’avec le cancer du poumon

Leurs résultats sont concluants: pour toute hausse de 100 Becquerel par mètre cube d’air (Bq/m3), le risque de décéder d’un mélanome malin s’élève de 16% chez les personnes âgées de 60 ans (comme pour le cancer du poumon, rappelle l’Inca), et ce indépendamment de l’exposition aux UV. Aucun effet n’est observé avec d’autres cancers, tels que le gliome.

Le sur-risque de mélanome malin est encore plus élevé à l’âge de 30 ans, d’environ +50% par tranche de 100 Bq/m3. Il est en revanche quasi-nul chez les personnes de 75 ans, probablement du fait d’une moindre sensibilité des seniors à la radioactivité –phénomène observé chez les victimes d’Hiroshima et Nagasaki.

Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), la concentration de radon dans les habitats français varie entre 5 et 4.964 Bq/m3, avec 2,3% des mesures dépassant les 400 Bq/m3. Ce seuil, au-delà duquel des travaux correctifs sont actuellement nécessaires, devrait être abaissé à 300 Bq/m3 en 2018, avec la transposition en droit français de la directive européenne 2013/59/Euratom. 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus