Le R-U évalue l’impact de l’environnement sur la santé

Le 23 août 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
500.000: c'est le nombre total de volontaires qui, à terme, auront participé à Biobank. L'objectif de cette étude britannique à grande échelle est de mieux comprendre les liens entre la santé d'une personne et son cadre de vie. «C'est un projet à long terme, qui nous aidera à mieux comprendre l'interférence entre la génétique et l'environnement. Il offre donc une possibilité d'amélioration importante de la santé de la population britannique», a expliqué Jane Kennedy, ministre en charge de la santé. Faisant suite à une expérience pilote mise en place dans la région de Manchester en mars 2006, le recrutement des candidats proprement dit devrait commencer en automne.

Les participants auront entre 40 et 69 ans. Ils devront donner des échantillons de sang et d'urine pour différentes analyses et répondre à un questionnaire relatif à leur mode de vie. Les chercheurs qui étudieront ces données évalueront ainsi durant les 20 à 30 prochaines années la progression de certaines maladies comme les cancers, les maladies cardiaques ou les diabètes. 61 millions de livres ont été accordés à Biobank, notamment par le Conseil de recherche médicale, le Wellcome trust et le ministère chargé de la santé.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus