Le protocole de Montréal ratifié par tous les Etats du monde

Le 17 septembre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le protocole de Montréal est devenu le premier accord environnemental mondial approuvé par les 196 Etats composant la communauté internationale, à la suite de sa ratification mercredi 16 septembre par le Premier ministre du Timor oriental Xanana Gusmão, selon un communiqué du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue). Cette annonce intervient à l’occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone.

«Sans le protocole de Montréal (…), les concentrations atmosphériques de substances appauvrissant la couche d’ozone [Saco] auraient décuplé d’ici 2050 et pu causer plus de 20 millions de cas de cancer de la peau et plus de 130 millions de cas de cataracte, sans compter les atteintes au système immunitaire humain, à la biodiversité et à l’agriculture», a déclaré le secrétaire général et directeur exécutif du Pnue Achim Steiner.

22 ans après la signature du protocole de Montréal par 24 pays et la Communauté européenne, la lutte contre les Saco est loin d’être achevée, rappelle le Pnue. Se focalisant initialement sur les chlorofluorocarbures (CFC), les Etats signataires se concentrent désormais sur la fin de l’usage de leurs gaz de remplacement, hydrochlorofluorocarbures (HCFC), connus pour leur fort pouvoir de réchauffement global. Ils devront aussi mettre l’accent sur la fin de l’usage des successeurs de ces derniers, les hydrofluorocarbures (HFC), dont l’impact climatique est si fort que l’arrêt de leur usage permettrait à l’humanité de «gagner» l’équivalent d’une décennie d’émissions de CO2 (1).

L’Union européenne a déjà cessé la production de plus de 99% de ses Saco, s’est félicitée la Commission européenne dans un communiqué publié le même jour.

(1) Dans le JDLE «La lutte contre les émissions de HFC doit commencer maintenant»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus