Le projet de mise aux normes d’Alteo revu par l’Autorité environnementale

Le 08 février 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'usine Alteo de Gardanne doit se mettre en conformité au plus tard le 31 décembre 2019
L'usine Alteo de Gardanne doit se mettre en conformité au plus tard le 31 décembre 2019

 

Saisie par le préfet des Bouches-du-Rhône, l’Autorité environnementale (Ae) pointe les manquements du projet de mise en conformité de l’usine Alteo de Gardanne, dans un avis publié le 7 février.

 

L’Ae a examiné, à la demande de l’Etat, le complément apporté par Alteo à son étude d’impact initiale. Ce complément avait été réclamé par le tribunal administratif de Marseille en raison de l’absence d’analyse des dangers du stockage à l’air libre des déchets solides issus de la fabrication d’alumine (des oxydes de fer et d’aluminium), sur le site de Mange-Garri à Bouc-Bel-Air. Les magistrats avaient aussi réduit de deux ans la durée de mise en conformité[1] des rejets liquides effectués en Méditerranée, aucune dérogation n’étant plus autorisée après le 31 décembre 2019. C’est ce projet de mise aux normes qui vient d’être examiné avant le lancement d’une enquête publique.

 

Données à réactualiser

Premier constat: la plupart des informations transmises par la société datent de 2014 alors qu’Alteo vise à accroître la capacité de stockage du site de 120.000 à 390.000 tonnes de déchets par an. L’Autorité recommande «d’actualiser l’analyse du besoin et des possibilités d’entreposage des résidus solides en tenant compte des dernières prévisions de production et des perspectives de valorisation de la Bauxaline», un produit pouvant servir à couvrir les décharges et à fabriquer des billes d’argile.

Le deuxième grief porte sur la lisibilité des informations. Le dossier transmis par Alteo en octobre dernier comporte plus de 100 pièces, dont 33 au titre des compléments demandés par la justice. L’Autorité préconise de les hiérarchiser pour «rendre leur lecture aisée».

 

Etat de la biodiversité

Autres recommandations: Alteo est invité à préciser l’état des habitats, de la faune et de la flore voisins du site de stockage des déchets solides, situé à proximité d’un cours d’eau, la Luynes. La société doit aussi vérifier que les eaux environnantes ne contiennent pas d’isotridécanol éthoxylé, un produit utilisé pour éviter l’envol des poussières mais qui s’avère toxique pour les organismes aquatiques.

 

Synthèse didactique

En conclusion, l’Ae suggère d’élaborer pour le public une synthèse non technique, regroupant de façon didactique l’historique du dossier, les conclusions de l’étude d’impact et de son complément, les résultats des mesures de suivi et la manière dont il sera tenu compte de cet avis.

 



[1] avec la convention de Barcelone



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus